Chercher sa foi

Prédications

« Venez car tout est prêt ! »
Non, il n’y a aucune menace dans cette invitation

( Matthieu 22:1-14 ; Thomas 64:1-12 )

(écouter l'enregistrement - voir la vidéo ci-dessous)

Culte du dimanche 27 octobre 2013
prédication du pasteur Marc Pernot

Dans un sens, cette parabole est bien réjouissante, car elle nous dit que « tout est prêt » pour que notre vie soit comme une fête. Nous y sommes invités, que nous soyons bon ou mauvais, que nous soyons un notable ou un mendiant sur le bord d’une route.

Dans un autre sens, cette parabole est inquiétante, car l’invitation est généreuse mais la patience de ce roi a des limites assez vite atteintes et la sanction est terrible. La  fin du film se termine sur cette conclusion peu rassurante : « Il y a beaucoup d’appelés, mais peu d’élus ! » Comment y lire donc la Bonne Nouvelle de l’amour bienfaisant de Dieu ?

Replacer le texte dans son contexte historique

La première possibilité d’interprétation de ce passage de l’Évangile est d’en faire une lecture historique. Le roi de la parabole représente Dieu. Les premiers invités représentent le peuple juif, les serviteurs du roi sont les prophètes qui ne sont pas écoutés, puis le Christ et les apôtres qui sont méprisés et même tués. La seconde vague d’invitations auprès des mendiants seraient l’ouverture de la nouvelle alliance vers les païens.

Une hypothèse vient alors facilement à l’esprit. Les deux passages menaçants auraient été ajoutés à la parabole de Jésus après la destruction de Jérusalem et de son temple par les Romains en 70. « Ceux qui restèrent se saisirent des serviteurs, les injurièrent et les tuèrent. Le roi fut en colère, il envoya ses soldats et fit tuer ces meurtriers et incendia leur ville. » Ce passage n’est pas dans les versions de cette parabole selon Luc et selon Thomas. L’Évangile selon Matthieu aurait également ajouté l’épisode de l’homme qui n’a pas revêtu un habit de noces, comme une leçon pour les chrétiens qui participent joyeusement à la vie de l’Église mais sans vraiment changer de cœur ni de vie. La parabole menacerait ces piètres chrétiens de punitions comparables à ce qui est arrivé à Jérusalem, relu comme une punition de Dieu 40 ans après la crucifixion de Jésus et le manque de foi de certains. À bon entendeur salut !

Cette lecture est intéressante et peut-être en partie exacte, mais il y a un problème à relire la destruction de Jérusalem comme étant la punition de Dieu. Le même Évangile selon Matthieu affirme que Dieu fait du bien à ceux qui le persécutent et Jésus prie pour ceux qui le rejettent et même pour ceux qui viennent de le crucifier (Mt 23:37, Luc 23:34). Donc non, Dieu ne tue personne et il n’envoie pas des gens tuer ceux qui injurient son fils.

Il y a aussi un risque avec cette lecture historique, si nous identifions les serviteurs aux prophètes d’Israël, les premiers invités avec les juifs réactionnaires de l’époque de Jésus, les soldats de Dieu à la légion romaine… si nous nous limitons à cette interprétation historique nous sommes alors comme ces personnes qui répondent à l’appel du Christ « ces paroles ne me concernent pas, il parle pour d’autres que moi ».

Il y a aussi le risque, dans cette lecture historique, d’en déduire que l’ouverture de l’alliance de Dieu aux païens n’est qu’un pis-aller pour Dieu suite au refus de juifs de reconnaître Jésus comme étant le Christ. D’abord parce que ce n’est pas si vrai que cela, il y a une quantité de juifs qui ont alors reconnu en Jésus le Christ, à commencer par Marie et les apôtres… Mais aussi parce qu’en disant que l’église chrétienne serait le nouvel Israël, il ne faudrait pas que cela nous conduise à dire que l’ancienne alliance serait périmée, et donc que les juifs qui refusent de reconnaître Jésus comme étant le Christ seraient nécessairement infidèles à Dieu. Jésus n’a jamais dit cela lui-même, et en tout cas, ce n’est pas à nous à en juger (à moins de se prendre pour Dieu). Nous avons simplement à lancer l’invitation que Dieu nous envoie porter.

Mais à ces réserves près, je suis d’accord avec l’appel qui est adressé alors aux chrétiens dans cette lecture, de vivre aujourd’hui du Royaume des cieux, en répondant oui à la grâce de Dieu, en nourrissant notre être de ce que Dieu nous donne par grâce, et que notre façon d’être en ce monde en soit nettement transformée à l’image du Christ.

Une 2nde lecture possible consiste à s’intéresser à l’appel de Dieu et à la réponse de l’homme

Il y a une petite difficulté, c’est que la grâce de Dieu ne semble pas très équitablement répartie dans ce texte. Il n’est pas dit que le roi inviterait tout le monde, au contraire. Dans la logique d’une invitation au mariage de son fils, Dieu invite ses proches. Or, comme le dit Jésus, il est bien difficile d’être prophète en son pays (Mt 13:57). Et c’est un risque pour nous. Plus quelqu’un est déjà engagé dans la foi, dans l’église, dans la théologie et dans une vie vraiment de qualité… plus nous sommes proches du Christ et plus c’est difficile d’entendre la nouveauté de ce que Dieu nous adresse. Nous croyons connaître Dieu par cœur et nous sommes dans une telle confiance en lui que nous pouvons lui répondre : « attends un peu, là je suis sur un truc important »… et manquer une occasion essentielle.

Mais les pires parmi ces invités du 1er cercle sont ceux que le texte appelle « ceux qui restent ». Dans la Bible, normalement le terme de « reste d’Israël » est très positif, il exprime ceux qui tiennent bon, les purs, les incorruptibles. Tout dépend à quoi on est ainsi très attaché, si c’est à une vraie relation vivante à Dieu et au bien, c’est parfait. Mais le risque est d’être attaché aux moyens et non au but, follement attaché à sa chapelle, à son interprétation de la Bible, à sa foi… au point de tuer la dynamique de l’Esprit de Dieu en nous. Ces invités évoquent notre part d’intégrisme à nous, source d’injure et de mort.

Le roi invite alors « tous ceux qui sont aux carrefours des routes ». Le seul critère est d’être sur la route, là où elle s’ouvre sur les grands espaces. Mieux vaut être bon que méchant, bien sûr, mais là n’est pas un critère pour être sur la liste des invités. Le critère est d’être en recherche. Ceux-là sont disponibles à la nouveauté de Dieu, et effectivement, en répondant à l’invitation, en goûtant à ce « tout est prêt » que Dieu nous offre, la plupart de ceux qui entrent alors dans cette démarche vivent effectivement les noces.

La foi est donc d’abord et avant tout une recherche ouverte et une disponibilité à l’appel. Mais ce n’est pas tout, car un des participants à la noce va être disqualifié. Le roi constate qu’il n’a pas mis l’habit de fête qui était offert à chaque invité à son arrivée à la noce. Peut-être que l’on peut rapprocher cette attitude de cet enseignement de Jésus « Ceux qui me disent: Seigneur, Seigneur! n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais seulement celui qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. » (Matthieu 7:21). La foi n’est pas juste une question de dire oui à Dieu, ni de se réjouir de son amour, mais d’en vivre réellement. Dieu recruterait donc les méchants et les justes, mais encore aurait-on intérêt à changer, et vite ?

Et bien je ne crois pas que ce soit ce qui est marqué. Bien sûr qu’il est appréciable que notre foi se manifeste par de vrais bons fruits. Presque toujours, nous dit ce texte, et c’est vrai, une recherche sincère qui se nourrit de l’amour de Dieu permet d’avancer et que cela se manifeste dans la vie de tous les jours. Mais ici le manque d’habit de noce n’est qu’un signe pour le roi, et cela ne suffit pas pour qu’il le jette dehors. Au contraire, cela conduit le roi à s’intéresser à lui et à lui dire :

« Ami, comment es-tu entré ici sans avoir un habit de noces ? » Cet homme eut la bouche fermée.

Là est le problème. L’homme n’a rien à répondre. La foi n’est pas juste une obéissance, elle est une réponse personnelle. Dieu nous veut libre et responsable. L’homme aurait pu dire que la couleur ne lui plaisait pas, on a le droit de discuter avec Dieu. Si tel était le cas, il aurait pu expliquer qu’il n’a pas trouvé les manches pour les enfiler, on a le droit de ne pas être performant devant Dieu, évidemment. Mais si l’on ne sait même pas pourquoi on a fait ce que l’on a fait, pensé ce que l’on a pensé, on est effectivement comme cet homme, pieds et poings liés dans les ténèbres. Et ce n’est pas par la volonté de Dieu, qu’il est ainsi en mauvaise posture mais malgré tout ce que Dieu a pu faire.

Donc d’accord pour cette lecture de la circulation de la grâce de Dieu et de la foi dans une démarche sincère, libre, et responsable qui se nourrit de la grâce de Dieu.

Mais cette lecture n’explique pas tout le texte, tant s’en faut, et elle pose certains problèmes.

Par définition, la grâce de Dieu est un amour gratuit pour chacun. Or, si l’on prend ainsi littéralement cette parabole, le but de Dieu n’est pas tant l’épanouissement des quelques invités qu’il a sélectionnés, mais que sa noce soit réussie. Et dans cette lecture insistant sur la foi de l’homme, la puissance de salut de Dieu est bien limitée.

Et le second problème, c’est la conclusion qui ne cadre pas du tout avec cette lecture :

« Il y a une multitude d’appelés, mais peu d’élus. »

Cette conclusion est tout à fait étrange, alors que toute la parabole nous parle de l’appel de Dieu adressé à certaines personnes seulement, la conclusion parle d’une multitude de personnes appelées par Dieu, c’est-à-dire tout le monde (Mat 28:19,1 Tm 2.4…).

Autre chose étrange, c’est que dans la parabole il y a finalement une foule respectable dans le Royaume et non seulement « bien peu d’élus ».

Ce qui est étrange encore c’est que la parabole laisse penser que la foi serait la condition du salut d’une personne individuelle, alors que dans la conclusion, le critère n’est pas la réponse de l’homme, mais le choix de Dieu, un choix sélectif.

Et pourquoi Dieu appellerait tout le monde pour n’en choisir que quelques-uns ensuite ?

Une 3ème lecture qui part de la conclusion de la parabole

Dans une parabole, c’est toujours dans la conclusion dérangeante que se trouve le ressort d’une nouvelle compréhension que nous propose le Christ. La parabole est faite pour qu’on la lise de façon bien tranquille comme un petit conte édifiant qui va dans le sens de ce que l’on a toujours pensé mais qui devient absurde face à la conclusion, nous invitant à changer de logique. Ici, nous sommes invités à comprendre autrement la place de la grâce et de la foi dans le salut.

Dieu invite la multitude des hommes et des femmes à entrer aujourd’hui et maintenant dans le Royaume. C’est qu’il nous a choisis, élus. Les différents invités ne sont pas telle ou telle personne, mais les invités sont les différentes dimensions de toute personne. Et les réactions violentes de Dieu ne sont certainement pas pour exclure quiconque, mais au contraire pour l’aimer et l’aider à se soigner, purifiant par le feu de son Esprit ce qui tue en nous le meilleur de nous-mêmes. Il recueille notre espérance, notre recherche pour la nourrir et l’inviter à une fête. Il veille sur nous quand nous sommes en train de nous nourrir du festin qu’il a préparé. Il démasque notre reste d’inconscience afin de nous rendre plus libre et plus responsable.

Un instituteur, devant sa classe, s’occupe de chacun des 25 élèves, cherchant à éveiller le meilleur de chaque élève, sans s’arrêter à la paresse de l’un, au manque de concentration d’un autre, aux blagues d’un 3e, au handicap, à la lenteur… cherchant à éveiller le meilleur de chacun. Comment Dieu serait-il moins bienveillant pour tous, pour chacun que la plupart des instituteurs ?

Toutes les dimensions, bonnes et mauvaises de chacun de nous, sont invitées au festin. Mais oui, peu sera gardé dans le fouillis de notre être et de notre vie tout entière, l’amour est un tri sélectif et bienveillant, bienfaisant. Il garde juste le trésor de notre personnalité, notre foi, notre espérance et notre amour, dira Paul, laissant de côté ce qui est temporaire dans notre être, et ce qui est souffrant, et ce qui n’est pas sympa. Et la salle de noce remplie de joyeux convive parle de notre existence alors, qui n’est pas diminuée par le salut de Dieu mais épanouie. L’humanité ne sera pas un petit reste de purs triés sur le volet, elle sera une foule de tous, comme des convives unis par la joie.

Mais une seule interprétation n’épuise pas une parabole de Jésus.

Nous sommes invités à assembler tout cela dans cette seule personne que nous sommes, si merveilleuse mais si nue, si elle n'avait Dieu pour elle.

Amen.

Vous pouvez réagir en envoyant un mail au pasteur Marc Pernot.

 

Lecture de la Bible

Évangile
selon Matthieu 22:1-14

Jésus, prenant la parole, leur parla de nouveau en parabole, et il dit:

2 Le royaume des cieux est semblable à un homme roi qui fit des noces pour son fils. 3 Il envoya ses serviteurs appeler ceux qui étaient invités aux noces, mais ils ne voulurent pas venir.

4 Il envoya encore d’autres serviteurs, en leur disant : « Dites aux invités : Voici, j’ai préparé mon festin, mes boeufs et mes bêtes grasses ont été sacrifiées, tout est prêt, venez aux noces ». 5 Mais ceux-ci, sans y prêter attention, s’en allèrent à son champ ou à son projet. 6 Ceux qui restèrent se saisirent des serviteurs, les injurièrent et les tuèrent. 7 Le roi fut en colère, il envoya ses soldats et fit tuer ces meurtriers et incendia leur ville.

8 Puis il dit à ses serviteurs : « Les noces sont prêtes mais les invités n’en étaient pas dignes. 9 Allez donc aux carrefours des routes et invitez aux noces tous ceux que vous trouverez. » 10 Ces serviteurs sortirent vers les chemins, rassemblèrent tous ceux qu’ils trouvèrent, les méchants mais aussi les bons, et la salle des noces fut pleine de convives.

11 Le roi entra pour voir ceux qui étaient à table, et il aperçut là un homme qui n’avait pas revêtu un habit de noces. 12 Il lui dit: « Ami, comment es-tu entré ici sans avoir un habit de noces ? » Cet homme eut la bouche fermée. 13 Alors le roi dit aux serviteurs: « Liez-lui les pieds et les mains, et jetez-le dans les ténèbres du dehors, où il y aura les pleurs et les grincements de dents. 14 Car il y a une multitude d’appelés, mais peu d’élus. »

15 Alors les pharisiens allèrent se consulter sur les moyens de surprendre Jésus par ses propres paroles.

Évangile selon Thomas,
Logion 64

Jésus a dit :

Un homme avait des invités. Lorsqu’il eut préparé le dîner, il envoya son serviteur appeler les invités.

2 Il alla chez le premier, lui dit : « Mon maître t’invite ». 3 L’invité répondit : « Des marchands me doivent de l’argent, ils viennent chez moi ce soir, j’irai leur donner mes ordres. Je m’excuse pour le dîner ».

4 Il alla chez un autre, lui dit : « Mon maître t’a invité ». 5 L’invité répondit : « J’ai acheté une maison, et on me demande un jour. Je ne serai pas disponible ».

6 Il alla chez un autre, lui dit : « Mon maître t’invite ». 7 L’invité répondit : « Mon ami va se marier, et c’est moi qui vais faire un dîner. Je ne pourrai venir, je m’excuse pour le dîner ».

8 Il alla chez un autre, lui dit : « Mon maître t’invite ». 9 L’invité répondit : « J’ai acheté un domaine, j’y vais percevoir le fermage. Je ne pourrai venir, je m’excuse ».

10 Le serviteur alla et dit à son maître : « Ceux que tu as invités au dîner se sont excusés ». 11 Le maître dit à son serviteur : « Va au-dehors sur les chemins ; ceux que tu trouveras, amène-les pour qu’ils dînent. 12 Les acheteurs et les marchands ne seront pas dans les lieux de mon Père ».

 

 

Vidéo de la partie centrale du culte (prédication à 11:50)

(début de la prédication à 11:50)

film réalisé bénévolement par Soo-Hyun Pernot