Chercher sa foi

Prédications

Un triple signe

( Luc 1:26-38 ; Luc 1:46-55 ; Luc 2:1-20   )

(écouter l'enregistrement) (voir la vidéo ci-dessous)

Culte du soir de Noël 2008
prédication du pasteur Marc Pernot

À trois reprises, le texte nous dit que l’essentiel est là : «  un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire. », au début, au milieu et à la fin de l’histoire de la naissance de Jésus (Luc 2:7, 12, 17). L'ange nous dit qu'il y a là LE signe, le signe fondamental qui nous permettra de saisir ce salut que Dieu nous donne en Jésus-Christ.

Si le texte nous dit que c’est « un signe », c’est qu’il y a là quelque chose à lire, à interpréter, à comprendre comme ayant du sens pour notre propre existence. L’événement en lui-même de la naissance de Jésus est certainement un des événement majeurs de l’histoire de l’humanité, ce texte nous dit qu’il y a encore autre chose, dans cet événement, que son importance réside aussi dans ce qu’il est un signe pour nous, un signe du salut que Dieu nous donne aujourd’hui.

Voici donc le signe essentiel pour nous, selon cet évangile : «  un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire. »

A) Un bébé : c'est pourtant assez ordinaire, il en naît un toutes les 30 secondes en France,
B) Un bébé emmailloté, c'est assez normal aussi,
C) Un bébé dans une mangeoire, c'est plus étrange, mais pas tant que ça, dans une ville envahie par une foule inhabituelle qui se loge un peu partout.

Un signe bien banal, voilà ce que nous propose cette page d’Évangile. Bien souvent l’extraordinaire est à reconnaître dans la banalité de notre vie. Ouvrons les yeux comme ces bergers qui savent reconnaître dans leur monde l’extraordinaire salut donné par Dieu. Ouvrons les yeux comme Moïse qui se détourne pour reconnaître la présence même de Dieu dans un simple buisson. Notre vie toute simple connaît également ces gestes de Dieu pour transformer notre existence de son salut. Sachons ouvrir les yeux et rendre grâce pour ces petites et grandes choses qui nous arrivent, pour telle personne qui a été pour nous un ange, pour une nouvelle qui nous ouvre à l’espérance de Dieu…

Ouvrons les yeux sur ce signe qu’est l’enfant Jésus emmailloté et couché dans une mangeoire, il y a là quelque chose à lire, à interpréter, un triple signe qui nous parle du salut de Dieu pour nous.

A) D'abord : ce salut est comme un bébé.

Ne nous désespérons pas si notre foi est encore peu active. Ne désespérons pas s'il y a des choses qui ne vont pas dans notre vie, s'il y a de la maladie, de la souffrance, de l'égoïsme, de la honte et de l’angoisse, des trahisons et fautes… Le salut de Dieu est comme un béné minuscule à reconnaître dans une foule immense. Mais la présence-même de ce bébé change tout, rattrape tout, transforme tout, l’emporte sur tout.

Chacun de nous est une merveille, nous dit sans cesse l'Évangile de Jésus-Christ. Dieu met en nous quelque chose d'unique et de merveilleux qui peut grandir comme un petit bébé.

Comme le dit l’apôtre Paul : « Il n’y a qu‘un seul Seigneur, une seule foi, un seul Dieu et Père de tous, qui règne au-dessus de tous, par tous, et en tous. »(Éphésiens 4). Dieu est présent, au moins en germe, en tous, en chacun de nous. Il y a comme un minuscule bébé christ qui ne demande qu’à grandir et à aimer, qui ne demande qu’à vivre et à être source de vie. Ce bébé est en nous, ne sommes-nous pas parfois capable d’aimer un peu ? Ne sommes-nous pas nous-mêmes parfois surpris par une générosité qui ne nous dépasse ?

Le bébé est un signe : ne désespérons pas. Le salut de Dieu est comme un bébé en nous. Dieu voit cette merveille qui en nous, même si c'est une toute petite étincelle de foi, une toute petite capacité à aimer, à croire, à espérer, toute petite comme un bébé dans un monde immense, comme ce bébé Jésus au milieu des guerres de l'empire romain.

Dieu voit cette infinie valeur qui nous habite, et il s’en réjouit.

B) Un bébé emmailloté, c'est le 2e signe

Marie est l'image même du croyant. Son bébé, cette merveille, elle ne l’oublie pas, elle ne l’abandonne pas sans soins. Elle s’en occupe, le protège, le nourrit, le réchauffe.

Ce bébé Jésus est pour nous le signe de cette part divine que Dieu a mise au plus profond de notre être, une capacité à aimer, à espérer et à être fidèle à Dieu, notre Père. Cette part divine qui nous habite est comme un nouveau né qui doit être soigné. Ce petit début de foi que nous avons, il faut s'en occuper, l'emmailloter, le protéger, le réchauffer, le nourrir.

C'est ce que nous faisons ce soir, par exemple : en venant ici à cette veillée de Noël : nous nous occupons de notre être spirituel,

Nous protégeons, soignons, nourrissons cette petite foi que nous avons.

Nous soignons cette petite espérance qui nous habite.

Comme Marie, sachons reconnaître, protéger, soigner ce qu'il y a d'excellent en tout  homme, cette part qui est de l'ordre du Christ, cet enfant de Dieu capable d'aimer, capable d'espérer, capable de fidélité envers Dieu.

Le troisième point, le troisième signe est de reconnaître que le bébé emmailloté est dans une mangeoire.

C) Un bébé dans une mangeoire, c'est le 3e signe

Le 1er signe était de savoir reconnaître la part de vie divine que Dieu a mise miraculeusement dans notre cœur, comme dans ceux que nous rencontrons. Le 2e signe nous est donnée a été déposée dans une mangeoire. Il y a là comme le 3e point, essentiel, du mode d’emploi de ce salut que Dieu nous donne en Christ. Jésus, le salut de Dieu, est déposé dans une mangeoire, comme une nourriture offerte.

Il y a là encore quelque chose de très concret, de très directement applicable dans notre existence.

D’abord en ce qui concerne Jésus de Nazareth, cette personne qui est née il y a un peu plus de 2000 ans, cette personne n’a pas seulement une importance historique, mais sa personne, ses paroles, sa vie tout entière doivent être pour nous comme une nourriture. Le Christ est fait pour que nous le prenions et que nous l’assimilions dans notre être, qu’il nous donne de la force, qu’il soit nourriture pour notre foi, pour notre façon d’être et d’espérer, qu’il transforme en profondeur notre façon de voir la vie, l’humain et Dieu.

Mais ce bébé dans une mangeoire nous invite également à manger la vie divine qui est présente dans tout humain. Cela n’a rien de comparable à cette façon qu’il y a de manger les autres au sens où l’entendent les requins ou les chiens de traîneaux, ce monde où chacun essaye de manger l’autre pour lui prendre sa place et sa vie. Quand l’Évangile nous propose de manger le Christ et de manger la part divine qui est dans l’autre, à nos côtés, cela n’a rien à voir avec les fauves qui se dévorent entre eux, car la dimension divine de notre être se multiplie au fur et à mesure qu’elle s’offre, contrairement aux dimensions matérielles de notre être. Nous pouvons ainsi manger et nous nourrir de l’amour que nous donne une personne, nous pouvons assimiler son témoignage, nous pouvons nous réjouir de sa joie, de sa vérité d’être, de son espérance… En faisant cela nous nous enrichissons mais sans rien retirer à la personne qui nous donne ainsi la vie, bien au contraire. En reconnaissant dans l’autre sa part divine nous lui faisons un bien extraordinaire et nous nous faisons un bien extraordinaire.

Christ est l’humain véritable, il est la lumière du monde. Cet humain et cette lumière, Dieu l’a donnée au monde en Jésus, nous ouvrant les yeux sur ce qu’est l’humain selon Dieu et nous rendant capable de voir cette lumière. Jésus est le signe de ce Dieu qui est avec nous et qui est tout, en tous, en chacun. De sorte que, maintenant nous pouvons reconnaître le Christ qui est réellement présent en nous-mêmes, nous pouvons le reconnaître dans l’humanité, nous pouvons le reconnaître dans tout homme et toute femme même méprisé, même blessé.

En tous, un même Seigneur est présent ne serait-ce que comme un tout petit bébé à nourrir et qui nous nourrit, un petit bébé à protéger et qui nous donne la vie.

Qui accueille cet enfant accueille le Christ lui-même. Quiconque le visite et le nourrit se laisse visiter par le Christ et nourrir par le Christ lui-même, éternellement présent à nos côtés chaque jour.

Que Dieu bénisse ainsi chacun de nous, c’est aujourd’hui Noël.

Amen.

Vous pouvez réagir en envoyant un mail au pasteur Marc Pernot.

Lecture de la Bible

Luc 1:26-38  

Au sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth,
27 auprès d’une vierge fiancée à un homme de la maison de David, nommé Joseph. Le nom de la vierge était Marie.
28 L’ange entra chez elle, et dit: Je te salue, toi à qui une grâce a été faite; le Seigneur est avec toi.
29 Troublée par cette parole, Marie se demandait ce que pouvait signifier une telle salutation.
30 L’ange lui dit: Ne crains point, Marie; car tu as trouvé grâce devant Dieu.
31 Et voici, tu deviendras enceinte, et tu enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus.
32 Il sera grand et sera appelé Fils du Très-Haut, et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père.
33 Il règnera sur la maison de Jacob éternellement, et son règne n’aura point de fin.
34 Marie dit à l’ange: Comment cela se fera-t-il, puisque je ne connais point d’homme?
35 L’ange lui répondit: Le Saint-Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre. C’est pourquoi le saint enfant qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu.
36 Voici, Elisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils en sa vieillesse, et celle qui était appelée stérile est dans son sixième mois.
37 Car rien n’est impossible à Dieu.
38 Marie dit: Je suis la servante du Seigneur; qu’il me soit fait selon ta parole! Et l’ange la quitta.

Luc 1:46-55

Marie dit: Mon âme exalte le Seigneur,
47 Et mon esprit se réjouit en Dieu, mon Sauveur,
48 Parce qu’il a jeté les yeux sur la bassesse de sa servante. Car voici, désormais toutes les générations me diront bienheureuse,
49 Parce que le Tout-Puissant a fait pour moi de grandes choses. Son nom est saint,
50 Et sa miséricorde s’étend d’âge en âge Sur ceux qui le craignent.
51 Il a déployé la force de son bras; Il a dispersé ceux qui avaient dans le coeur des pensées orgueilleuses.
52 Il a renversé les puissants de leurs trônes, Et il a élevé les humbles.
53 Il a rassasié de biens les affamés, Et il a renvoyé les riches à vide.
54 Il a secouru Israël, son serviteur, Et il s’est souvenu de sa miséricorde, -
55 Comme il l’avait dit à nos pères, -Envers Abraham et sa postérité pour toujours.

Luc 2:1-20

En ce temps-là parut un édit de César Auguste, ordonnant un recensement de toute la terre.
2 Ce premier recensement eut lieu pendant que Quirinius était gouverneur de Syrie.
3 Tous allaient se faire inscrire, chacun dans sa ville.
4 Joseph aussi monta de la Galilée, de la ville de Nazareth, pour se rendre en Judée, dans la ville de David, appelée Bethléhem, parce qu’il était de la maison et de la famille de David,
5 afin de se faire inscrire avec Marie, sa fiancée, qui était enceinte.
6 Pendant qu’ils étaient là, le temps où Marie devait accoucher arriva,
7 et elle enfanta son fils premier-né. Elle l’emmaillota, et le coucha dans une crèche, parce qu’il n’y avait pas de place pour eux dans l’hôtellerie.
8 ¶ Il y avait, dans cette même contrée, des bergers qui passaient dans les champs les veilles de la nuit pour garder leurs troupeaux.
9 Et voici, un ange du Seigneur leur apparut, et la gloire du Seigneur resplendit autour d’eux. Ils furent saisis d’une grande frayeur.
10 Mais l’ange leur dit: Ne craignez point; car je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera pour tout le peuple le sujet d’une grande joie:
11 c’est qu’aujourd’hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur.
12 Et voici à quel signe vous le reconnaîtrez: vous trouverez un enfant emmailloté et couché dans une crèche.
13 Et soudain il se joignit à l’ange une multitude de l’armée céleste, louant Dieu et disant:
14 Gloire à Dieu dans les lieux très hauts, Et paix sur la terre parmi les hommes qu’il agrée!
15 Lorsque les anges les eurent quittés pour retourner au ciel, les bergers se dirent les uns aux autres: Allons jusqu’à Bethléhem, et voyons ce qui est arrivé, ce que le Seigneur nous a fait connaître.
16 Ils y allèrent en hâte, et ils trouvèrent Marie et Joseph, et le petit enfant couché dans la crèche.
17 Après l’avoir vu, ils racontèrent ce qui leur avait été dit au sujet de ce petit enfant.
18 Tous ceux qui les entendirent furent dans l’étonnement de ce que leur disaient les bergers.
19 Marie gardait toutes ces choses, et les repassait dans son coeur.
20 Et les bergers s’en retournèrent, glorifiant et louant Dieu pour tout ce qu’ils avaient entendu et vu, et qui était conforme à ce qui leur avait été annoncé.

 

 

Vidéo de la partie centrale du culte (prédication à 17:50)

(début de la prédication à 17:50)

film réalisé bénévolement par Soo-Hyun Pernot