Chercher sa foi

Noël - Jésus nous remercie
pour tout ce que l’on a fait pour lui

(Luc 2:1-20 ; Matthieu 25:31-40)

(écouter l'enregistrement - voir la vidéo ci-dessous)

Culte de la Veillée de Noël 2015
prédication du pasteur Marc Pernot

Ce Jésus a changé la face du monde. Profondément. Il n’était pas forcément très sympathique, au sens de vouloir partir en vacances avec lui ou même seulement de passer le réveillon ensemble, car il était impressionnant. De liberté, de charisme, de force intérieur, d’énergie.

Mais, précisément à cause de cette intensité, j’aurais aimé le voir bouger, voir son regard, l’entendre parler, enseigner, entendre bien plus de paroles que ces courts extraits qui nous sont parvenus dans les évangiles. J’aurais aimé voir et entendre ce Jésus de Nazareth. Mais pas quand il était bébé. Ce n’est pas la peine de remonter le temps pour voir ça. Quand un bébé n’est pas le sien ni de celui de quelqu’un que l’on connait, ce n’est pas passionnant de rencontrer un bébé. Juste une bonne bouille à voir, et souvent des cris. Donc bravo aux bergers qui voient ce bébé, et savent y reconnaître cet incroyable germe de foi, d’amour et d’espérance pour le monde et pour nous. Ce n’était pas évident.

Comment ont-ils fait ?

Premièrement : Ils sont avertis par un ange bien serviable qui va les visiter au fin fond de la campagne, et qui prend la peine de se faire accompagner par une chorale d’un millier d’angelots et d’angelettes.

Deuxièmement : les bergers se bougent. Avec leur troupeau de moutons, ce qui n’est pas très très pratique en ville, ils se débrouillent pour dénicher le coin où était Jésus grâce aux indications de l’ange.

Troisièmement : les bergers s’en retournent dans leur vie de berger mais enthousiasmés et partageant leur joie avec les gens.

Bravo pour ces bergers. C’est un exemple à méditer.

À nous de jouer. En effet, cette histoire comme toutes les histoires de la Bible ne sont pas données pour nous apprendre l’histoire mais pour nous apprendre la vie. La vraie. Ou plutôt notre vie Alors comment faire avec un Jésus qui n’est en tout cas plus sur terre. Et de toute façon quelle importance de voir ce bébé là, qu’est-ce qu’il pourrait bien nous apporter ?

Il y a bien des réponses à cette questions, je vous propose de suivre une réponse inspirée de Jésus lui-même, expliquant comment on peut voir et même nourrir, soigner le petit Jésus :

J’ai eu faim et vous m'avez donné à manger
j'ai eu soif et vous m'avez donné à boire
j'étais étranger et vous m'avez recueilli ;
j’étais nu et vous m'avez vêtu
j'étais malade et vous m'avez visité
j'étais en prison et vous êtes venus vers moi.

Et Jésus ajoute :

Chaque fois que vous avez fait cela
à l'un de ces plus petits de mes frères,
c'est à moi que vous l'avez fait !

Ça donne une piste pour suivre les bergers et mêmes faire plus et mieux qu’ils n’ont fait : cela commence par trouver « un de ces plus petits d’entre les frères de Jésus ». Hum. Comment faire ? Nous savons que Jésus a eu des frères et sœurs, en particulier Jude et Jacques dont nous avons encore des lettres qu’ils ont écrites. Mais les frères et sœurs de Jésus aussi sont morts depuis si longtemps qu’on ne risque pas non plus d’aller les visiter. Mais de toute façon, Jésus ne parle pas de ses frères et sœurs là. Il précise ailleurs ce qu’il entend par ses frères et sœurs :

Jésus, étendant la main sur ses disciples, dit:
Voici ma mère et mes frères.
Car, quiconque fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux,
celui-là est mon frère, et ma soeur, et ma mère. (Matthieu 12:49-50)

Déjà, c’est plus pratique d’aller visiter ces personnes que Jésus appelle ici ses frères et sœurs ou sa mère, car ils peuvent être nos contemporains, des personnes qui font la volonté de Dieu, cela existe. Surtout qu’ici, Jésus ne parle pas de super champions intergalactiques de la foi, mais il étend sa main pour désigner les gens qui sont en train de l’écouter. Ce sont des personnes tout à fait normales, comme nous ce soir qui sommes venus nous arrêter un instant pour penser à Jésus. Les disciples et même les apôtres de Jésus ne sont pas des mutants, eux aussi ont du mal à comprendre Jésus, ils hésitent, doutent, cherchent, l’abandonnent parfois plus ou moins... ce sont ces gens là, ces disciples plus ou moins fidèles que Jésus désigne de la main en disant « Voici ma mère, mes frères et mes sœurs ».

Faudrait-il alors supposer que ces frères et sœurs de Jésus seraient uniquement les disciples du Christ, même si c’est imparfaitement ? Ce n’est pas ce que dit Jésus ici, car il ouvre plus largement encore sa définition quand il dit « mes frères, mes sœurs, ma mère sont ceux qui fait la volonté de mon Père qui est aux cieux », la condition n’est même pas de faire à 100% tout bien comme il faut, ni même à 51%, mais au moins un peu, au moins en se posant un début de petite question et s’arrêtant un instant pour écouter Dieu, puisque c’est cela, la première des choses.

C’est d’ailleurs bien ce qu’a entendu l’apôtre Jean quand il résume ainsi, dans sa première lettre : « Quiconque aime est né de Dieu et connaît Dieu », car « Dieu est amour » (1 Jn 4:7). Quiconque aime un petit peu véritablement est enfant de Dieu nous dit Jean, et est donc nécessairement frère ou sœur de Jésus.

Comment visiter donc le Christ ? En bien soignant « ces plus petits d’entre ses frères », nous dit Jésus. Ces frères et sœurs étant « celui qui fait la volonté de son Père qui est dans les cieux ».

Ces frères et sœurs existent, et ils ne sont pas loin du tout de nous. Mais il faut d’abord apprendre à les reconnaître. Parfois ce n’est pas évident de le trouver, ce petit frère ou sœur de Jésus, comme le bébé Jésus que les bergers trouvent dans un endroit tout à fait improbable, dans l’écurie d’une ferme. Pour le trouver, ils ont l’indication d’un ange, heureusement.

Pour nous, cet ange, c’est la prière. Ou plutôt un esprit de prière qui nous permet de voir le monde qui nous entoure un petit peu avec le regard qu’a Dieu sur ce monde. En particulier sur les gens, sur nous-mêmes et sur la personne que nous croyions connaître, la jugeant superficiellement. Avec l’aide de Dieu nous pouvons recevoir une indication précieuse pour reconnaître le moindre petit frère ou petite sœur de Jésus, même bien caché dans un coin incroyable. Car dans toute personne, ce petit enfant de Dieu existe. C’est une promesse que nous fait Jésus, c’est ce qu’il vient lui-même chercher dans l’humanité, c’est ce qu’il vient visiter, soigner, nourrir, abreuver, libérer en chacune et chacun de nous.

Pourtant, nous avons, comme les disciples, le sentiment d’être bien moyens, et que l’humanité a bien des mauvais côtés aussi. Un côté salle gosse. Mais Jésus n’est pas naïf et sa parabole dit bien qu’il n’y a pas seulement de gentilles brebis toutes douces mais aussi de sales boucs bien puants. Hélas.

Le berger de la parabole va voir son troupeau, il le passe en revue soigneusement, examinant toute chose, il sépare les brebis d’avec les boucs, recueille chacune des brebis pour s’en occuper avec tout ses bons soins pleins d’amour. Et il élimine les boucs. On pourrait voir une menace dans cette parabole, mais dès que l’on réfléchit un peu, on voit bien que chacun de nous est à la fois brebis par certains côtés et boucs par d’autres. En effet, pour être regardé comme un agneau par Dieu, nous dit ici Jésus, il suffit d’avoir au moins une fois dans sa vie fait un petit geste de bonté, comme de donner à boire un petit verre d’eau à quelqu’un qui a soif. Et pour être reconnu comme bouc, il suffit d’avoir négligé une fois dans sa vie de donner un petit verre d’eau à quelqu’un qui a soif.

Bien sûr, nous sommes à la fois digne d’être cette brebis mais aussi le bouc de la parabole. Le jugement de Dieu ne sélectionne pas certaines personnes en laissant tomber les autres, quelle horreur et quelle contradiction avec toute parole et tout geste du Christ pendant sa vie. Mais le jugement de Dieu va dénicher le moindre petit, tout petit agneau qui est en chacun, même s’il est au milieu de tout un troupeau de boucs puants. Il retrouve cet agneau, il le visite, le nourrit pour qu’il grandisse, le soigne quand il est malade sans lui en vouloir de ne pas être très en forme, bien sûr, il le visite quand il est emprisonné des boucs pour essayer de le libérer.

Il n’y a pas que les chrétiens libéraux qui voient ainsi Dieu sauver toute personne, par son amour en Christ. Les chrétiens des trois premiers siècles ont souvent représenté Jésus comme le berger de cette parabole, séparant les brebis des boucs, mais portant, sauvant un bouc en le portant sur ces épaules. Le Christ nous montre que Dieu nous espère et nous recherche quand bien même nous apparaîtrions comme un bouc puant aux yeux de tous et à nos propres yeux, parce que lui, Dieu, sait bien qu’au plus profond de nous existe une petite brebis, au moins un embryon, au moins une espérance de petite brebis future.

Jésus représenté en berger séparant les brebis des boucs et portant un bouc - catacombes

Voilà ce que sont les plus petits d’entre les frères et sœurs du Christ. Le monde en est rempli, bien plus que nous ne le pensions. Nous sommes, vous êtes un petit frère ou une petite sœur du Christ.

Non seulement nous pourrons nourrir, abreuver, soigner, libérer le meilleur en visitant ces plus petits d’entre les frères et sœurs du Christ, mais nous aurons la joie d’être en contact vivant avec le Christ lui-même, nous dit Jésus. Et c’est vrai. Non seulement nous ferons une réelle œuvre de salut en visitant ces petits enfants de Dieu, mais de plus, ils sont d’une telle beauté, d’une telle puissance de salut qu’en leur rendant visite, nous aurons vraiment une grande joie, plus une bonne part de foi, d’espérance et d’amour tout neuf.

Noël est une bonne occasion de nous réjouir de ce salut de Dieu, de cet amour puissant de Dieu qui ne se lasse jamais de chercher à faire naître et grandir en nous l’enfant de Dieu.

L’Évangile raconte que les bergers ont été divinement instruits par l’ange et pouvant alors manifester le bébé Jésus aux yeux du monde. Cet Évangile de Noël nous invite à nous laisser instruire dans la prière pour faire de même, avec l’aide de Dieu. Et même faire mieux, nous pouvons, selon cette parabole donner à manger à ces petits Jésus comme Marie le faisait, nous pouvons les soigner et les protéger, les aider à se sauver du mal, comme Joseph.

Avec l’aide de Dieu, nous pourrons aussi éliminer quelques boucs puants qui encombrent notre être, qui emprisonnent et gâchent la vie de la petite brebis qui est en nous. Mais il y a une chose que nous ne pourrons pas faire, c’est d’éliminer les boucs chez les autres. C’est trop délicat, trop intime pour nos propres forces. Même le Christ reconnaît que ce n’est pas sa mission maintenant. C’est le sens de cette autre parabole, extrêmement précieuse :

Comment peux-tu dire à ton frère : Laisse-moi ôter une paille de ton œil, toi qui as une poutre dans le tien ?
Hypocrite, ôte d’abord la poutre de ton œil, et alors tu verras comment ôter la paille de l’oeil de ton frère.
(Matthieu 7:3-5)

Bref, attendons d’être parfait pour vouloir juger notre frère. Mais par contre, dès aujourd’hui, nous pouvons espérer en Dieu pour nous aider à nous purifier nous-mêmes, et nous pouvons partir visiter le Christ, tellement présent dans ce monde que Dieu aime. Et l’aider à vivre et grandir.

Amen

Vous pouvez réagir par mail...
faites profiter les autres de vos propres réflexions…

 

Lecture de la Bible

Luc 2:1-20 :
(Naissance de Jésus)

En ces jours-là parut un décret de César Auguste, en vue du recensement de toute la terre. 2 Ce premier recensement eut lieu pendant que Quirinius était gouverneur de Syrie. 3 Tous allaient se faire recenser, chacun dans sa propre ville.

4 Joseph aussi monta de la Galilée, de la ville de Nazareth, pour se rendre en Judée dans la ville de David appelée Bethléhem, parce qu'il était de la maison et de la famille de David, 5 afin de se faire inscrire avec Marie, sa fiancée, qui était enceinte.

6 Pendant qu'ils étaient là, le temps où Marie devait accoucher arriva, 7 et elle enfanta son fils premier-né. Elle l'emmaillota et le coucha dans une crèche, parce qu'il n'y avait pas de place pour eux dans l'hôtellerie.

8 Il y avait, dans cette même contrée des bergers qui passaient dans les champs les veilles de la nuit pour garder leurs troupeaux. 9 Un ange du Seigneur leur apparut, et la gloire du Seigneur resplendit autour d'eux. Ils furent saisis d'une grande crainte. 10 Mais l'ange leur dit : Soyez sans crainte, car je vous annonce la bonne nouvelle d'une grande joie qui sera pour tout le peuple : 11 aujourd'hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur. 12 Et ceci sera pour vous un signe : vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une crèche.

13 Et soudain il se joignit à l'ange une multitude de l'armée céleste, qui louait Dieu et disait :

14 Gloire à Dieu dans les lieux très hauts, Et paix sur la terre parmi les hommes qu'il agrée !

15 Lorsque les anges se furent éloignés d'eux vers le ciel, les bergers se dirent les uns aux autres : Allons donc jusqu'à Bethléhem, et voyons ce qui est arrivé, ce que le Seigneur nous a fait connaître. 16 Ils y allèrent en hâte et trouvèrent Marie, Joseph, et le nouveau-né dans la crèche. 17 Après l'avoir vu, ils racontèrent ce qui leur avait été dit au sujet de ce petit enfant. 18 Tous ceux qui les entendirent furent dans l'étonnement de ce que leur disaient les bergers. 19 Marie conservait toutes ces choses, et les repassait dans son cœur. 20 Et les bergers s'en retournèrent en glorifiant et louant Dieu pour tout ce qu'ils avaient entendu et vu, conformément à ce qui leur avait été dit.

(d’après la traduction Colombe)

Matthieu 25:31-40
(Le jugement des nations)

Lorsque le Fils de l'homme viendra dans sa gloire, avec tous les anges, il s'assiéra sur son trône de gloire. 32 Toutes les nations seront assemblées devant lui. Il séparera les uns d'avec les autres, comme le berger sépare les brebis d'avec les boucs, 33 et il mettra les brebis à sa droite, et les boucs à sa gauche.

34 Alors le roi dira à ceux qui seront à sa droite : Venez, vous qui êtes bénis de mon Père ; recevez en héritage le royaume qui vous a été préparé dès la fondation du monde. 35 Car j'ai eu faim et vous m'avez donné à manger ; j'ai eu soif et vous m'avez donné à boire ; j'étais étranger et vous m'avez recueilli ; 36 nu et vous m'avez vêtu, j'étais malade et vous m'avez visité, j'étais en prison et vous êtes venus vers moi. 37 Alors les justes lui répondront : Seigneur, quand t'avons-nous vu avoir faim, et t'avons-nous donné à manger ; ou avoir soif, et t'avons-nous donné à boire ? 38 Quand t'avons-nous vu étranger, et t'avons-nous recueilli ; ou nu, et t'avons-nous vêtu ? 39 Quand t'avons-nous vu malade, ou en prison, et sommes-nous allés vers toi ? 40 Et le roi leur répondra : En vérité, je vous le dis, dans la mesure où vous avez fait cela à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait.

 

Vidéo de la partie centrale du culte (prédication à 11:31)

(début de la prédication à 11:31)

film réalisé bénévolement par Soo-Hyun Pernot