Chercher sa foi

Prédications

Horrible massacre ?

(Matthieu 2:16)

Fête de Noël des jeunes (2016)
prédication préparée par les catéchumènes de 4e année,
rédigée par pasteur Marc Pernot et Darius, pour la du
dite par Diane et Darius

Le spectacle des enfants se déroule, scène après scène, représentant la scène de tournage d’un film muet sur l’Évangile de Noël.

On en arrive à l’épisode du « massacre des innocents »

Deux catéchumènes interviennent, disant qu’ils sont les représentants du comité de censure et que cette scène est trop violente, trop cruelle, trop horrible pour apparaître lors d’un spectacle qui s’adresse à un jeune public.

Le réalisateur (Larry) dit que c’est dans l’Évangile, il prend sa Bible et lit Matthieu 2:16: « Hérode se mit dans une grande colère, et il envoya tuer tous les enfants de deux ans et au-dessous qui étaient à Bethléhem et dans tout son territoire . »

Le comité de censure impose une interdiction de -12ans, -16ans, -18 ans si cette scène reste dans ce film.

Le réalisateur doit accepter de passer la scène, et le spectacle se poursuit alors avec un épisode un peu moins hard : Jésus à 12 ans, discutant dans le temple de Jérusalem avec des théologiens.

Après la fin de ce spectacle il y a un chant ( D’un arbre séculaire ) pendant lequel deux catéchumènes de dernière année montent en chaire. Et quand le silence se fait, donnent cette prédication à deux voix.

 
Prédication : Darius et Diane en chaire. Interventions de : Jeanne (comité de censure), Romain (le Costaud), Constance (le personnage mystérieux) et Anna (la petite fille).

 

Darius : Le comité de censure a eu bien raison de supprimer ce passage. Quelle horreur. Tous les enfants de moins de deux ans massacrés !

Diane : Je ne comprends pas comment ça peut se retrouver dans les Évangiles. C’est pas correct. Normalement, c’est une bonne nouvelle, pas un film d’horreur.

Darius : En même temps, si la naissance de Jésus s’est passée comme ça, autant le dire.

Diane : C’est la première explication de ce passage dans la Bible. Malheureusement, des massacres, il y en a trop, même aujourd’hui. Et c’est précisément pourquoi Dieu veut envoyer Jésus, pour essayer de faire progresser l’humanité.

Darius : C’est donc normal que cette histoire nous choque. L’Évangile nous parle de notre monde, pour nous faire comprendre le problème que Jésus nous invite à résoudre.

Diane : La violence entre nous.

Darius : L’abus de pouvoir.

Diane : Et la peur des autres. Parce que c’est cela, le problème ici. Le puissant roi Hérode a peur. Il aime tellement sa place qu’il a peur de la perdre. Du coup il a peur de tout, même peur de petits enfants.

 

Intervention : Un grand costaud (Romain) déguisé en centurion (romain) passe d’un pas lourd avec un gros marteau (une imitation en bois) menaçant une pauvre petite fille (Anna).

 

Darius : Il ne se rend pas compte à quel point il fait pitié ce « puissant » roi Hérode à craindre des bébés. Mais en fait, c’est toujours nul d’être méchant.

Diane : En plus, c’est bête, car même Hérode aurait eu à gagner de voir Jésus devenir roi. Jésus n’aurait pas pris sa place, il n’est pas venu pour ça, mais pour changer nos cœurs. Changer nos peurs. Et donc Hérode aurait pu changer et devenir un roi juste, un bon roi.

Darius : Mais voilà, Hérode est resté méchant, cruel, atroce. Malheureusement, cela arrive.

Diane : Et cela NOUS arrive. Spécialement quand nous avons peur. Et parfois, comme ici, c’est juste fou. Hérode n’a peur de rien de réel, juste de l’inconnu, d’une concurrence imaginaire. Alors pourquoi avoir peur de l’autre qu’on ne connaît pas bien ?

 

Intervention : Le même costaud croise une personne mystérieuse (Constance) avec une cape et un masque blanc, Hérode sursaute et a peur, prend une situation de défense, poings en avant, puis se protégeant avec ses bras comme devant un ennemi plus fort, et s’enfuit.

 

Darius : Mais dans un sens, Hérode n’avait pas tort d’être jaloux des bébés.

Diane : Jaloux de quoi ? Ils n’ont aucune force, aucun argent, aucun pouvoir.

Darius : Oui, mais ce n’est pas tout. Ils sont innocents, eux. Ils font confiance et ils aiment au moins les gens qui les entourent. Ils sourient, ils rigolent, ils progressent, apprennent, deviennent meilleurs. Hérode, lui, devient pire, il se méfie de tous, je suis sûr qu’il ne rit jamais.

Diane : Ah si Dieu avait pu toucher Hérode comme il a pu toucher le cœur de Marie qui a dit oui à Dieu, comme Dieu a touché le cœur de Joseph qui a compris le danger et a pu sauver Jésus.

Darius : Heureusement, au moins, que Jésus a été sauvé. Car il a pu nous apprendre une autre façon de vivre que celle d’Hérode qui massacre les autres, même les petits, les innocents.

Diane : Jésus nous a appris à aimer Dieu, bien sûr, et du coup, Dieu peut nous aider à aimer un peu plus les personnes que nous rencontrons. En tout cas à les respecter.

Darius : Pourtant, on n’a pas trop envie de respecter les Hérode, les arrogants, les haineux, les violents...

Diane : Oui. Mais en même temps, cette histoire nous dit que le bébé Jésus résiste à la violence et à la mort. Il reste peut-être, au fond d’Hérode, quelque chose de Jésus ?

Darius : Ce petit Jésus qui existe au fond du cœur d’Hérode, il doit être vraiment tout au fond, car on ne le voit pas. Hérode est quand même très cruel. Mais pour Dieu, il n’est pas irrécupérable. Pour lui, aucun cas n’est désespéré. C’est ce que montrera Jésus.

Diane : Et si Hérode se convertissait et devenait bon ?

 

Intervention : La pauvre petite fille, toute faible, est écroulée sur la scène, le grand costaud d’Hérode se penche, la relève. Et l’aide à marcher. Avec peine. Finalement, il la prend sur son dos et l’emmène (vers l’hôpital)

 

Darius : Oui, ça, on pourrait le mettre dans un film. Cela aurait été mieux dans l’Évangile. Mais finalement peut-être pas. Car on ne sait pas ce que feront tous les Hérode du monde.

Diane : Il y en a qui continueront à massacrer les autres, les concurrents, les gens qu’ils ne comprennent pas.

Darius : Il y en a qui écouteront Jésus, et ce cœur qui en eux les appelle à faire vivre les autres et non à tuer.

Diane : Amen

Darius : Amen.

Vous pouvez réagir par mail...
faites profiter les autres de vos propres réflexions…

Louange à Dieu de la part des catéchumènes de 1e année

Seigneur, tu fais mon bonheur !

Quand je sais que mes amis sont là pour moi

Quand quelqu’un me fait un sourire alors que je suis de mauvaise humeur

Quand quelqu’un est venu me voir à l’hôpital,

Quand je rencontre des gens qui t’aiment

Quand maman n’a plus besoin d’aller à l’hôpital.

Seigneur, quel plaisir d’exister !

Quand on nage sous la pluie,

Quand on cherche des châtaignes dans les champs alors que les vaches sont rentrées,

Quand on se réveille et qu’il neige,

Quand on voit les lampadaires s’éteindre le matin,

Quand on fait du vélo à la campagne,

Quand on s’assoit le mercredi après midi sur les bancs du village St Paul

Quand on fait des bêtises avec les cousins

Quand on voit le soleil se coucher.

Seigneur, tu fais mon bonheur

Quand je te reconnais dans mes petits moments de bonheur.

Seigneur, tu fais mon bonheur,

Quand je te reconnais dans les grands moments de bonheur.

MERCI D’EXISTER !

Pour nous !

Noël 2016 : Anna, Emilie, Flore, Gabriel, Héloïse, Jane, Jeanne, Nicolas.

Confession de foi préparée par les catéchumènes de 3e année (dont le programme d’année l’éthique chrétienne)

Joseph aussi monta de la ville de Nazareth en Galilée à la ville de David qui s’appelle Bethléem en Judée.

Je crois qu’un jour les femmes et les hommes ne seront plus contraints de se réfugier dans un lieu où ils sont rejetés alors qu’ils ont dû quitter leurs foyers suite à de situations difficiles.

Or, pendant qu’ils étaient là, le jour où elle devait accoucher arriva ; elle accoucha de son fils premier-né, l’emmaillota et le déposa dans une mangeoire, parce qu’il n’y avait pas de place pour eux dans la salle d’hôtes.

Je pense qu’il est injuste que Marie accouche dans une étable car il n’y a pas de place pour elle à la maternité.

Je crois que tous les enfants ont le droit de naître dans de bonnes conditions.

Je refuse de croire à l’inégalité entre homme et femme, je crois à l’égalité de tous les êtres humains. Dans le livre de la Genèse, on lit que l’homme et la femme ont été créés ensemble par Dieu.

Tout à coup il y eut avec l’ange l’armée céleste en masse qui chantait les louanges de Dieu et disait :« Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre »

Je ne crois qu’il faille répondre à la violence par la violence. Je crois qu’il faut répondre à la violence par une parole de paix.

Je refuse de croire que l’environnement n’a pas une place importante dans la société. La Bible dit qu’il faut exploiter la terre, mais cela veut dire qu’il faut la cultiver et la protéger au lieu de l’exploiter en mal.

Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre. Amen

 

Lecture de la Bible

Matthieu 2:16

Hérode se mit dans une grande colère, et il envoya tuer tous les enfants de deux ans et au-dessous qui étaient à Bethléhem et dans tout son territoire .

(Cf. Traduction Colombe)