Chercher sa foi

Prédications

Encore 40 jours
et nous serons enfin pas mal du tout

( Jonas 3 et 4 ; Luc 11:14-32 )

(écouter l'enregistrement - voir la vidéo ci-dessous)

Culte du dimanche 23 mars 2014
prédication du pasteur Marc Pernot

Jonas refuse d’aller faire le prophète, il refuse d’aller prêcher pour que les Ninivites puissent progresser. Et Jonas s’explique, nous l’avons entendu. Il dit que c’est toujours la même chose, qu’il est envoyé annoncer que Dieu va nous massacrer parce que nous sommes méchants et que finalement l’histoire se termine toujours avec Dieu qui pardonne et qui sauve. Jonas en a assez d’annoncer des horreurs qui ne sont même pas vraies.

Textes bibliques horribles et grâce de Dieu

Lisant la Bible, nous sommes comme Jonas, interloqués par ce contraste entre tant de récits horribles et menaçants alors que comme Jonas le dit très bien, Dieu est « compatissant et miséricordieux ». Nous le savons d’autant plus que Christ nous affirme l’amour de Dieu même pour ses ennemis (Mat. 5 :44) ; même pour les hommes qui crucifient son Christ (Lu. 23:34) ?

Une fois cette nouvelle de la grâce de Dieu bien intégrée que faire de ces textes horribles et menaçants de l’Ancien et même parfois du Nouveau Testament ?

  1. Nous pourrions simplement écarter les textes horribles pour ne garder que ceux qui sont littéralement conformes au Dieu qui aime même ses ennemis que nous révèle Jésus-Christ. On a le droit, bien sûr, mais c’est se priver d’une immense source de témoignages car, même si les croyants qui ont écrit ces textes n’avaient pas pris la mesure de l’amour de Dieu, il n’en demeure pas moins qu’ils ont une véritable expérience de ce qu’apporte Dieu pour vivre en ce monde. Et la plupart du temps, il n’est pas bien compliqué de vraiment bénéficier de cette expérience en réinterprétant leur témoignage à la lumière de ce que le Christ nous révèle de Dieu.
  2. La seconde possibilité de lecture de ces textes bibliques horribles est de relativiser la grâce de Dieu en disant que certes, Dieu aime chacun, qu’il offre son salut à chacun mais que si cette personne ne saisit pas le salut, Dieu ne peut rien pour elle et que Dieu ne peut faire autrement que de l’envoyer souffrir en enfer pour les siècles des siècles. C’est ce que font certaines églises protestantes, évangéliques ou catholique, cette lecture n’est évidemment pas stupide, mais elle revient à limiter la portée de la grâce de Dieu et à conserver une pédagogie brutale, faite de la peur de Dieu entre son enfer et ses récompenses.
  3. La troisième possibilité est de réinterpréter les textes de la Bible avec cette pierre angulaire qu’est l’amour de Dieu, et même l’amour tout-puissant de Dieu pour finalement sauver, comme le dit Jésus, même la plus perdue des brebis perdues (Luc 15 :5) . Les textes qui sont en première lecture terribles, injustes ou menaçants doivent être alors compris avec une autre logique, comme le font par exemple Pierre et Paul à la suite de Jésus dans leur lecture allégorique de l’Ancien Testament(1 Pierre 3:18-21, 1Co 10:2). Le bien que Dieu fait est alors relu comme un bien qu’il promet à tous. Et quand le texte nous dit que Dieu punit de mort, nous lisons la promesse que Dieu agit pour supprimer ce qui nous tire vers le bas. Dieu réagit face à l’homme pécheur non comme un bourreau avec sa hache et son bûcher mais comme un médecin qui se penche sur quelqu’un qui a de la fièvre, ou une maman sur son bébé d’un an.

Interprétation à la lumière du Christ

C’est vrai que, du coup, notre lecture de la Bible peut surprendre quand des textes horribles ne sont lus au cours du culte que pour être retournés en annonce de tout ce que Dieu apporte de positif et de bon. Cela me fait penser à ce dessin humoristique où l’on voit deux pasteurs discutant avec vigueur et où l’un dit à l’autre :

dessin représentant deux pasteurs discutant de la Bible avec virulence

Il est peut-être marqué « oui » dans ce verset, mais en hébreu, ça veut dire « non » !

Plus sérieusement, cette façon d’interpréter les textes horribles en s’écartant du sens premier « évident » n’est pas réservée aux spécialistes de l’hébreu et du grec, c’est à notre portée nous dit l’histoire de Jonas. Les Ninivites sont, dans la Bible, le type même des personnes les plus éloignées de Dieu et « ne reconnaissant même pas leur droite de leur gauche ». Ce texte nous encourage en montrant que les Ninivites finissent par comprendre l’annonce qui leur est faite non comme une menace mais comme un appel de Dieu.

Jonas et les Ninivites

Jonas crie : « Encore quarante jours, et Ninive sera retournée » Cette annonce peut être comprise comme l’annonce d’une exécution capitale. Elle peut aussi, elle devrait être comprise comme l’expression de la confiance de Dieu : « encore quarante jours et Ninive sera convertie ». Les Ninivites comprennent d’abord littéralement l’annonce du prophète et imaginent un Dieu à « l’ardente colère », source de mort. Dans leur début de foi, ils espèrent que Dieu se convertira, abandonnant la peine de mort pour la compassion. Et c’est ce qu’ils vont vivre. Mais Dieu était dès le début et il sera toujours le Dieu de la vie et du bien, non du mal. C’est ce Dieu explique à Jonas dans le dernier verset, c’est même pour cela qu’il a fait le projet de leur envoyer Jonas. Ce n’est donc pas Dieu qui devient plus compatissant pour les Ninivites, mais ce sont eux qui évoluent heureusement dans leur conception de Dieu et ils arrivent à enfin comprendre l’annonce du prophète, avec Dieu comme source de vie et non de mort pour le pécheur.

En réalité, toute l’histoire de Jonas invite à ce changement d’interprétation. Dans le début du livre de Jonas, on peut se dire que Dieu est un terrible patron qui prendrait Jonas et l’enverrait en mission sans lui demander son avis, et quand Jonas tourne le dos, Dieu aurait utilisé la violence pour le recadrer. La dernière partie du livre de Jonas propose une autre lecture, Dieu se préoccupe de l’évolution de Jonas en tant que personne, afin qu’il puisse saisir enfin que Dieu s’intéresse au sort même les plus débiles des Ninivites et de leurs animaux (4 :11).

Dieu ne peut faire le mal, même pour le bien

On ne sait pas si Jonas a finalement compris car le texte se termine sur une suspension, comme pour demander au lecteur : et vous, avez vous en enfin compris que Dieu a toujours été, est et sera un Dieu de compassion pour tous, et même pour vous ? Cela nous invite à relire cette histoire, et nous voyons alors que ce n’est pas Dieu qui jette son prophète désobéissant dans l’abîme du chaos. Au contraire, Dieu réagit face au refus de Jonas en envoyant un « vent de tempête », nous dit la traduction en français, mais en hébreu il est écrit que Dieu envoie « un Esprit immense », du mot rouar (xwr) qui désigne la dynamique de création de Dieu dans la Genèse (1 :2). C’est donc une action positive de Dieu pour tenter de développer les qualités humaines de Jonas. C’est comem cela que Dieu agit face au péché de l’homme. Ce n’est pas Dieu qui le jette dans la mer, mais il reste auprès de lui quand il s’enfonce dans l’abîme de sa révolte et de ses préjugés contre les Ninivites. Et suite au grand vent, suite à la prière de Jonas, Dieu peut le faire remonter et sans y être contraint, alors, Jonas parlera pour aider les Ninivites.

Alors qu’à la première lecture nous pouvions penser que Dieu était un Dieu qui mène son monde à coup de triques sous peine de mort, la conclusion nous invite à interpréter l’histoire autrement à la lumière de notre expérience de la compassion de Dieu. Dans cette histoire de Jonas, il ne vient que du bien de Dieu. Le mal, ici, vient du chaos du monde, il vient des troubles dus à l’indifférence des uns, à la méchanceté et la stupidité des autres et de peut-être quelques animaux galleux. L’idée d’un Dieu qui pourrait être l’auteur du mal est juste une mauvaise imagination de l’homme.

Ce n’est que progressivement que la conception d’un Dieu unique dont l’action n’est que positive est apparue, et cette conception se manifeste de façon lumineuse en Christ. Mais dans la diversité des livres de la Bible, cette question fait débat, Jonas nous invite à relire ces histoires à la lumière de la compassion universelle de Dieu.

En Jésus, il y a bien plus encore qu’en Jonas. Mais quand il se présente lui-même comme étant « un signe de Jonas » pour le monde (Luc 11 :29), Jésus prend ce parti. Et il explique : « un royaume divisé contre lui-même ne peut survivre » (Luc 11 :19). Donc cela n’a pas de sens, nous dit Jésus, d’imaginer que Belzébul utilise le bien pour faire la mal. Et inversement cela n’a pas de sens d’imaginer que Dieu ferait souffrir, même pour servir la justice.

Avancer sous la menace ou sous l’amour ?

Il reste parmi les chrétiens des partisans de la conception dure de Dieu. C’est vrai qu’une pédagogie fondée sur la menace et les récompenses est très efficace, dans le domaine de la foi aussi. Dans bien des religions et même dans de nombreuses églises chrétiennes, on dit que si quelqu’un ne donne pas sa vie au Seigneur il ira en enfer pour l’éternité, et que Dieu n’exaucera alors pas non plus ses prières en ce monde, mais que sinon il sera récompensé par des guérisons et la vie éternelle.

Il faut reconnaître qu’il y a souvent une réelle sincérité des croyants soumis à cette pédagogie, une vraie foi active. Ils lisent la Bible énormément, ils creusent, ils veulent vraiment progresser, ils cherchent à réparer le mal qu’ils ont fait, ils ont chaque jour une vie de prière où ils mettent leurs tripes dans la louange et la repentance. Pourquoi ? Parce qu’ils savent que Dieu nous connaît mieux que nous ne nous connaissons nous-mêmes, ce qui est vrai. Imaginant que Dieu punit de souffrances éternelles celui qui ne donne pas sa vie entière au Seigneur, le croyant sincère se dit que s’il ne veut pas être grillé, il faut vraiment aller au fond du fond de son être pour y dénicher ce qui pourrait rester de mauvais : un petit manque de foi en Dieu, un manque d’amour du prochain, une pensée mauvaise, un petit doute coincé quelque part au  fond de la conscience...

Il y a quelque chose à garder de cette démarche, vraiment ! C’est simplement dommage que ce soit motivé par la crainte de Dieu et la soif de récompense. C’est comme dans notre relecture de l’Ancien Testament à la lumière de la grâce de Dieu. Il nous faudrait garder le meilleur de l’expérience vécue ainsi par le croyant avec son Dieu.

L’amour : une liberté de rien faire ou une force ?

Mais, si on supprime cet aiguillon de la menace et de la récompense de Dieu. Comment faire pour que nous gardions ce véritable engagement dans une vie qui cherche la qualité par la foi et la prière ?

C’est que là encore il y a deux lectures possibles, deux attitudes symétriques face à une seule et même annonce. Nous n’avons donc rien à craindre de Dieu.

  1. Cela peut effectivement libérer pour ne rien faire, car quoi qu’il se passe, quoi que nous fassions ou non, quelle que soit notre foi, Dieu nous aimera tout autant. Cela peut nous libérer pour ne même pas nous poser la question au soir de notre journée pour nous demander où nous en sommes, si nous avons négligé ou blessé un frère, si nous avons progressé, fait place à la gratitude, à la repentance et au pardon, à l’écoute et à la réflexion devant Dieu…
  2. Mais, à l’inverse, cette annonce que nous n’avons rien à craindre de Dieu peut nous libérer précisément pour oser ouvrir notre cœur à Dieu, oser en sincérité l’inviter à visiter avec nous les profondeurs de notre chaos intérieur, à l’image de Jonas, dans le ventre de son grand poisson, se mettant à prier l’Éternel (Jonas 2).

Comme pour les Ninivites, ne rien changer dans sa vie, c’est aller vers la mort sans même reconnaître sa droite de sa gauche. C’est être comme Jonas qui se laisse négligemment enfoncer dans le chaos, et c’est aussi laisser mourir ceux que nous aurions pu tenter d’aider comme Jonas qui abandonnait les Ninivites à leur mort, sans un regard en arrière.

C’est vrai qu’être poussé à changer par la crainte du châtiment de Dieu est efficace mais cela donne une relation un peu tordue avec Dieu entre la crainte et la gratitude. Crainte devant sa supposée terrible colère, culpabilité de ne jamais croire assez, mais en même temps une réelle expérience de ce Dieu nous apporte quand nous nous tournons vers lui. Sous cette théologie, il y a aussi quelque chose de tordu dans le rapport à la récompense, car si c’est ça qui motive nos prières et notre générosité envers notre prochain on est loin de l’amour, mais encore dans la pensée de notre propre intérêt.

Alors comment faire ? La meilleure des motivations c’est la force d’aimer. C’est cela qui donne de ne pouvoir supporter de ne pas s’engager pour plus de justice et de foi. Ne pas le faire par crainte de quoi que ce soit ni du regard des autres ni de la colère de Dieu. Ni pour gagner des récompenses ou des bons points. Mais juste par passion pour le bien, pour le beau, juste pour faire plaisir à Dieu, juste parce que vivre c’est ça, juste parce que la joie et la peine de notre frère nous touche.

Un renouveau de notre prière

Nous sentons que cela existe déjà un peu en nous, comme naturellement. Mais c’est très naturel aussi de négliger cela et pas du tout évident de forcer ce talent. C’est pourquoi il est essentiel de visiter quotidiennement les profondeurs de notre être accompagné de Dieu.

Nous avons pleinement intégré la théologie de la grâce de Dieu. Il reste un détail. Maintenant il faut que ça nous fasse avancer et cela passe par un renouveau de notre prière, même s’il nous faut jeûner pour cela, ou prendre un temps de retraite, donnons à Dieu les moyens de nous améliorer.

Amen.

Vous pouvez réagir en envoyant un mail au pasteur Marc Pernot.

 

Lecture de la Bible

Jonas 3 et 4

La parole de l’Eternel fut adressée à Jonas une seconde fois, en ces mots :
2 Lève-toi, va à Ninive, la grande ville, et proclames-y la publication que je t’ordonne!

3 Et Jonas se leva, et alla à Ninive, selon la parole de l’Eternel. Or Ninive était une très grande ville, de trois jours de marche.
4 Jonas fit d’abord dans la ville une journée de marche; il criait et disait: Encore quarante jours, et Ninive est détruite !

5 Les gens de Ninive crurent à Dieu, ils publièrent un jeûne, et se revêtirent de sacs, depuis les plus grands jusqu’aux plus petits.
6 La chose parvint au roi de Ninive; il se leva de son trône, ôta son manteau, se couvrit d’un sac, et s’assit sur la cendre. 7 Et il fit faire dans Ninive cette publication, par ordre du roi et de ses grands; Que les hommes et les bêtes, les boeufs et les brebis, ne goûtent de rien, ne paissent point, et ne boivent point d’eau! 8 Que les hommes et les bêtes soient couverts de sacs, qu’ils crient à Dieu avec force, et qu’ils reviennent tous de leur mauvaise voie et des actes de violence dont leurs mains sont coupables! 9 Qui sait si Dieu ne reviendra pas et ne se repentira pas, et s’il ne renoncera pas à son ardente colère, en sorte que nous ne mourrions pas?

10 Dieu vit qu’ils agissaient ainsi et qu’ils revenaient de leur mauvaise voie. Alors Dieu se repentit du mal qu’il avait résolu de leur faire, et il ne le fit pas.

4 :1 Cela déplut fort à Jonas, et il fut irrité. 2 Il implora l’Eternel, et il dit: Ah! Eternel, n’est-ce pas ce que je disais quand j’étais encore dans mon pays? C’est ce que je voulais prévenir en fuyant à Tarsis. Car je savais que tu es un Dieu compatissant et miséricordieux, lent à la colère et riche en bonté, et qui te repens du mal. 3 Maintenant, Eternel, prends-moi donc la vie, car la mort m’est préférable à la vie.

4 L’Eternel répondit: Fais-tu bien de t’irriter?

5 Et Jonas sortit de la ville, et s’assit à l’orient de la ville. Là il se fit une cabane, et s’y tint à l’ombre, jusqu’à ce qu’il voie ce qui arriverait dans la ville.

6 L’Eternel Dieu fit croître un ricin, qui s’éleva au-dessus de Jonas, pour donner de l’ombre à sa tête et pour lui ôter son irritation. Jonas éprouva une grande joie à cause de ce ricin. 7 Mais le lendemain, à l’aurore, Dieu fit venir un ver qui rongea le ricin, et le ricin sécha. 8 Au lever du soleil, Dieu fit souffler un vent chaud d’orient, et le soleil frappa la tête de Jonas, au point qu’il tomba en défaillance. Il demanda la mort, et dit: La mort m’est préférable à la vie.

9 Dieu dit à Jonas: Fais-tu bien de t’irriter à cause du ricin ? Il répondit: Je fais bien de m’irriter jusqu’à la mort.

10 Et l’Eternel dit : Tu as pitié du ricin qui ne t’a coûté aucune peine et que tu n’as pas fait croître, qui est né en une nuit et qui a péri en une nuit. 11 Et moi, je n’aurais pas compassion de Ninive, la grande ville, dans laquelle se trouvent plus de cent vingt mille personnes qui ne savent pas distinguer leur droite de leur gauche, et des animaux en grand nombre !

Luc 11:14-32

Jésus chassa un démon (rendant) muet. Lorsque le démon fut sorti, le muet parla, et la foule fut dans l’admiration. 15 Mais quelques-uns dirent : c’est par Béelzéboul, le prince des démons, qu’il chasse les démons. 16 Et d’autres, pour l’éprouver, lui demandèrent un signe venant du ciel.

17 Comme Jésus connaissait leurs pensées, il leur dit : Tout royaume divisé contre lui-même est dévasté, et une maison s’écroule sur une autre. 18 Si donc Satan est divisé contre lui-même, comment son royaume subsistera t-il, puisque vous dites que je chasse les démons par Béelzéboul? 19 Et si moi, je chasse les démons par Béelzéboul, vos fils, par qui les chassent-ils? C’est pourquoi ils seront eux-mêmes vos juges. 20 Mais, si c’est par le doigt de Dieu que je chasse les démons, le royaume de Dieu est donc venu vers vous…

29 Comme une foule s’amassait, il se mit à dire : Cette génération est une génération méchante, elle cherche un signe, il ne lui sera pas donné d’autre signe que celui de Jonas. 30 Car, de même que Jonas devint un signe pour les Ninivites, de même le Fils de l’homme en sera un pour cette génération. 31 La reine du Midi se lèvera, lors du jugement, avec les hommes de cette génération et les condamnera, parce qu’elle est venue des extrémités de la terre pour entendre la sagesse de Salomon, et voici, il y a ici plus que Salomon. 32 Les hommes de Ninive se lèveront, lors du jugement, avec cette génération et la condamneront, parce qu’ils changèrent de mentalité à la prédication de Jonas; et voici, il y a ici plus que Jonas.

Pause.

 

Vidéo de la partie centrale du culte (prédication à 06:45)

(début de la prédication à 06:45)

film réalisé bénévolement par Soo-Hyun Pernot