Chercher sa foi

« Devons-nous en attendre un autre ? »

(Matthieu 11:2-15 ; Malachie 3:1-3)

(écouter l'enregistrement - voir la vidéo ci-dessous)

Culte du dimanche 20 décembre 2015
prédication du pasteur Marc Pernot

« Es-tu celui qui doit venir ou devons-nous en attendre un autre ? » On sent comme une grosse déception de Jean-Baptiste dans l’expérience qu’il a du Christ. Cela met en perspective l’histoire sainte d’un Jean-Baptiste divinement averti par Dieu et donc affirmant avec certitude que son cousin, Jésus, le fils du charpentier, est le Christ, le Messie tant attendu.

Pourtant, Jésus réagit à cette interrogation pleine de doutes en disant qu’il n’y a pas eu d’humain en ce monde plus grand que Jean-Baptiste.

Cette histoire de grands et de petits parmi les humains et dans le Royaume de Dieu est un peu dangereuse s’il était question de comparer la grandeur des uns et des autres. Il n’est donc pas question d’y voir une hiérarchie de valeurs mais Jésus évoque plutôt le chemin d’une croissance. Et selon lui, le personnage de Jean-Baptiste vaut la peine d’être contemplé, de le contempler au désert, nous dit-il, c’est à dire dans la solitude de notre propre prière, où l’on se contemple soi-même devant Dieu, enfin, pour recevoir de lui cette force divine qu’ont connue les hébreu dans leur cheminement hors de l’esclavage.

Qu'êtes-vous allés contempler au désert ?

Sommes-nous sortis de notre bulle, de notre vie quotidienne pour aller un instant à l’écart ? Oui, nous le faisons régulièrement, dans l’intimité de notre chambre, et encore maintenant, avec ce temps de culte. Qu’allons-nous contempler au désert ? Qu’y avons nous reconnu ? Un roseau agité, un homme, un prophète, et plus même qu’un prophète, nous dit Jésus. Voilà l’itinéraire qu’il nous propose. La prière a cette force de nous faire sortir au désert pour contempler cela, et de grandir.

Un roseau agité par le vent

Un « roseau agité » est dans la Bible une image de l’homme pécheur, troublé, fragile. Le « roseau agité par le vent » est une sorte d’image ambigüe, car le vent évoque l’Esprit, le souffle de Dieu (dans la Bible le grec anemos anemov traduit toujours l’hébreu rouar xwr), mais pourquoi est-ce que le roseau humain serait agité par l’Esprit ? Soit pour lui secouer les puces (comme on dit), soit au contraire parce qu’il est animé d’un souffle prophétique qui effectivement nous bouscule mais pour nous faire vivre et améliorer la vie. Cette l’ambiguïté se retrouve dans le regard porté sur Jean-Baptiste, prophète pour les uns, fou pour les autres. Ambiguïté du regard porté sur les apôtres à la Pentecôte, complètement saouls de vin doux, ou au contraire remplis de l’Esprit de Dieu ? Cette image du roseau nous invite à nous interroger sur ce qui nous inquiète, sur ce qui nous agite et trouble notre entourage. Est-ce en réalité ce souffle prophétique qui dérange notre petite vie pépère et ses petits arrangements... mais pour donner la vie, une vie plus vivante et plus fidèle ? Ou est-ce comme dans ce passage du 3e livre des Maccabées, ou le roseau secoué par le vent évoque notre arrogance qui cherche à en imposer aux autres « homme audacieux et insolent secoué de côté et d'autre comme le roseau au gré du vent, jeté à terre sans mouvement et paralysé de tous ses membres, sans pouvoir proférer une parole, frappé par un juste arrêt. » (3 Maccabées 2:21).

Depuis la première moitié du XIXe siècle Nous n’avons malheureusement souvent plus dans nos Bibles protestantes ces livres deutérocanoniques qui sont importants pour comprendre le nouveau testament, comme ici, puisqu’il semble que Jésus cite ce texte où l’on retrouve l’idée du roseau secoué par le vent mais aussi l’homme muet, paralysé, agité dans tous les sens et jeté à terre par sa mauvaise inspiration, en grand besoin d’être miraculeusement guéri et ressuscité par le Christ.

Qu'êtes-vous allés contempler au désert ?

Quel roseau sommes nous, quel esprit nous anime, si nous sommes seulement animés par quoi que ce soit ? Est-ce un esprit d’arrogance ou est-ce un peu, beaucoup, passionnément cette incroyable force de vie qu’est l’Esprit de Dieu, habitant dans notre faiblesse de roseau pensant ? Cette contemplation au désert nous invite à faire le point et à grandir avec Jean-Baptiste. Grandir dans une plongée dans cette grâce de Dieu qu’il porte dans son nom même Yo-Rananne que je traduirait par : « l’Éternel nous adore, même quand c’est sans aucune raison».

Un homme revêtu d’habits royaux

Après cette première interrogation, ce que nous pouvons encore aller voir au désert c’est un être humain, nous dit Jésus, ce qui est déjà une bénédiction sur notre personne, un être humain portant des vêtements somptueux ou non ? Là encore, il y a une ambiguïté, car les personnes habillées somptueusement habitent les palais des rois, nous dit-il, mais de quel roi parle ici Jésus puisqu’il évoque ensuite les habitants du Royaume de Dieu que nous sommes ou non ?

De quoi sommes nous donc revêtu ? Pas matériellement, bien sûr, et dans quelle maison royale est-ce que nous abritons notre être, notre espérance, notre dignité ? Les fibres de notre être, que nous partageons avec les autres animaux, nous enseignent à dominer les autres, en mordant, aboyant, jouant des épaules et des griffes, en petit roi profitant du moindre petit pouvoir pour l’imposer aux autres. Comme dans la meute où la survie repose sur une solidarité de groupe mais aussi sur une hiérarchie, chacun se sent poussé à devenir le chien alpha, par fierté et pour avoir la meilleure part. Cet habit royal est alors fait d’esprit de domination et de supériorité. Après l’arrogance de la pensée folle évoquée par le roseau agité, c’est l’arrogance du pouvoir sur les autres qu’évoque Jésus. Nous sommes ainsi à nous contempler nous-mêmes pour grandir avec Jean Baptiste. L’Évangile nous dit comment il était habillé : « Jean avait un vêtement de poils de chameau, et une ceinture de cuir autour des reins. » (Matthieu 3:4).

Déjà, le prophète Élie était habillé ainsi, nous dit la Bible (2 Rois 1:8). Le poil de chameau les fait ressembler à Ésaü qui était naturellement recouvert de poils. La ceinture en cuir fait penser au pagne de cuir que Dieu donne à Adam et Ève pour masquer leur honte après leur péché d’arrogance voulant être comme des dieux.

Aller se regarder au désert et grandir avec Jean-Baptiste. Se laisser couvrir du pardon et de la tendresse de Dieu plutôt que de se couvrir ridiculement, comme Adam et Ève, de tissus de mensonges et de coups bas pour renvoyer la faute sur l’autre, pour tordre le droit et la justice comme le serpent. Grandir avec Élie, avec Jean-Baptiste, c’est se reconnaître simplement Ésaü, celui qui vient avant l’autre, avant Jacob. L’Ésaü que nous sommes devant laisser la bénédiction à l’enfant de Dieu en nous, à l’enfant du Royaume de Dieu. C’est se reconnaître encore animal, mais déjà pourtant humain, au moins selon le point de vue de Dieu, et de plus en plus réellement, en laissant émerger en nous un meilleur nous-mêmes, christique. Alors oui, habillé de la grâce de Dieu, nous serons sapés comme des princes, revêtus de lumière, rien de moins.

Plus qu’un prophète

Après cette interrogation sur ce qui nous agite, puis sur notre dignité d’humain et de prince(sse), nous pouvons nous contempler au désert comme prophète, oui, réellement, nous dit Jésus, et même plus qu’un prophète. Nous sommes équipés pour être cela : un prophète inspiré, et même un prophète qui déjà prépare la place à plus qu’un prophète ! C’est ce que nous pouvons voir en nous contemplant nous-mêmes en train de grandir.

Et pourtant c’est ce roseau plein de Saint-Esprit, cet homme habillé de la grâce de l’Éternel, c’est ce topissime prophète qui connaît le doute et la déception devant ce Christ qu’est Jésus :

« Es-tu celui qui vient ?
ou devons-nous en attendre un autre ? »

La première bonne nouvelle, c’est que dans cette façon que Jésus a de parler de la vraie grandeur, il est permis de douter, nous avons le droit d’être déçu du Christ et de le lui envoyer dire.

Jean-Baptiste a de quoi être déçu. Il prêche que le Royaume de Dieu vient en Christ comme un puissant jugement dans le monde, éliminant le mal :

« Celui qui vient après moi... a déjà sa fourche à la main et il nettoiera son aire,
il amassera son blé dans le grenier,
mais il brûlera la paille dans un feu qui ne s’éteint pas » (Matthieu 3:12).

Et pourtant Jean-Baptiste, malgré sa foi et son engagement, à cause de sa foi et de son engagement subit la violence des méchants qui le maltraitent et le jettent en prison pour bientôt lui couper la tête et l’offrir à une jeune fille dansant la rumba.

Jean s’est échiné à annoncer un sauveur terriblement efficace contre le mal, et voilà Jésus qui prêche que Dieu aime même ses ennemis, pardonne aux pécheurs. Et les méchants qui continuent à opprimer joyeusement les autres. Jean-Baptiste est déçu dans son espérance, il se met à douter. Et il fait bien de douter de sa façon d’espérer, car le Père Noël n’existe pas, ou en tout cas Dieu n’est pas une sorte de Père Noël qui vient pour écraser les méchants et régler nos affaires par miracle.

Jean-Baptiste est donc grand, avec sa foi mais aussi avec son doute qui lui permet d’évoluer dans sa théologie pour mieux comprendre qui est Dieu et quel salut vient en Christ. Jean-Baptiste est grand car au lieu d’une théologie péremptoire, pensée comme étant une vérité éternelle, il ose se poser des questions et les poser directement à Christ, à Dieu. Jean-Baptiste est grand car il apprend aux autres à se détacher de ses propres réponses pour aller directement à Christ se poser des questions.

C’est alors qu’il est vraiment ce que Jésus dit de lui : « il est celui dont il est écrit : Voici, j'envoie mon messager devant ta face, pour préparer ton chemin devant toi. » Car effectivement Jean-Baptiste prépare Maintenant ses disciples à se mettre en chemin avec Dieu, avant il les préparait plutôt à recevoir la foudre de Dieu.

Ce changement de théologie est présent dans la courte citation que fait le Christ. Il dit que Jean Baptiste incarne ces mots du prophète Malachie, c’est vrai pour le premier Jean-Baptiste, menaçant du jugement de Dieu qui va arriver bientôt. C’est ce que fait Malachie dans ce passage où Dieu disait : «J'envoie mon messager, il préparera un chemin devant moi ». Jésus le transforme en « J'envoie mon messager, il préparera TON chemin devant TOI ». « Devant moi » ou « devant toi », cela change tout. Le messager ne travaille plus à la préparation du chemin de Dieu pour qu'il puisse descendre et imposer la justice par la force, supprimer ceux qui font du mal et ne garder que les meilleurs. En Christ, Dieu est déjà près de nous, en nous, et ce n’est pas comme cela qu’il fait avancer les choses. C’est ce que commence à comprendre Jean-Baptiste. La menace disparaît pour devenir une offre de soin, une aide bienveillante, une guérison qui nous est donnée à chacun, personnellement, au singulier.

Le Dieu qui aime et qui soigne c’est ce que vont découvrir ces disciples du Baptiste qui ont été mis en chemin vers le Christ par leur doute et leur espérance.

Jésus leur dit : Allez annoncer à Jean ce que vous entendez et voyez : À Les aveugles retrouvent la vue, Á les boiteux marchent, Â les lépreux sont purifiés, Ã les sourds entendent, Ä les morts ressuscitent et Å la bonne nouvelle est annoncée aux pauvres.

Dans ce catalogue de guérisons, ces disciples du Baptiste vont être directement, immédiatement les témoins de quatre des six miracles dont parle Jésus. Ils sont bien placés pour en être témoins puisqu’ils vont les vivre. En effet, dans cette mission que leur donne Jésus, les 4 verbes correspondent à 4 des miracles annoncés : « ÁAllez Åannoncer ce que vous Ãentendez et Àvoyez ».

Déjà, Jean avait commencé à guérir leur paralysie, les mettant en route sur leur propre jambes plutôt que de les porter. Mais ils sont encore boiteux, entre deux façon de vivre leur foi en Dieu et leurs doutes, entre la crainte et l’amour. Jean Baptiste a préparé le chemin devant eux et clopin-clopant ils sont arrivés en contact direct avec le Christ et leur questions encore teintées de doute et de déception, mais aussi d’espérance et de dialogue, de prière et de foi. La rencontre avec Christ achève cette première guérison.

De cette rencontre il découvriront qu’ils ont des yeux pour voir, des oreilles pour entendre, et même le droit de participer à sa mission de Christ quand Jésus leur dit « Allez annoncer ce que vous entendez et voyez », et non pas allez annoncer mes paroles. On leur avait dit que tout était déjà dans la Bible que Dieu avait fini de parler, qu’il suffisait de faire confiance à l’interprétation des sages et des savants patentés par la faculté de théologie. Maintenant ils peuvent puiser dans la Bible plutôt un encouragement à regarder de leurs propres yeux et avoir leur point de vue, à écouter de leurs propres oreilles et avec ce qu’ils ont entre les oreilles. Ils peuvent écouter Dieu en ligne directe, ils peuvent écouter les joies et les peines autour d’eux, et annoncer la bonne nouvelle aux pauvres. Une Bonne Nouvelle qu’ils ont puisée dans leur expérience de la bonté de Dieu comme puissance de guérison.

C’est ainsi que le Christ cherche à les purifier et les ressusciter. Il leur apprend qu’ils ne sont pas impurs et qu’ils en sont pas morts. Mais tout cela est encore de la parole, c’est de la théologie, de la philosophie, et un appel à vivre, un envoi en mission. C’est déjà immense car cela montre la porte du Royaume mais ce n’est pas grand chose car cela ne fait pas entrer dans le Royaume. Le Royaume, nous dit Jésus, est maintenant ouvert et ce sont les violents qui s’en emparent. Oui, le Royaume est maintenant à ceux qui se bougent, ceux qui ne font pas seulement que répéter la bonne théologie « l’homme a une paire d’oreilles » mais qui vivent cette bonne nouvelle pour écouter, et même pour entendre, et vivre.

Le plus petit qui écoute enfin vraiment de ses oreilles est plus grand que le plus grand des prophètes annonçant que nous avons des oreilles.

Oui, Jésus à raison « parmi ceux qui sont nés de femmes, il ne s'en est pas levé de plus grand que Jean-Baptiste. Cependant le plus petit dans le royaume des cieux est plus grand que lui. »

Jésus rompt avec toute menace, mais il s’énerve quand même ici, pour qu’enfin nous vivions un peu ce en quoi nous croyons. Alors soufflera un vent de réconciliation, de paix, de bienveillance, de confiance, de sincérité, de foi et d’espérance. Un souffle de vie.

Amen.

Vous pouvez réagir par mail...
faites profiter les autres de vos propres réflexions…

 

Lecture de la Bible

Matthieu 11:2-19

Jean, dans sa prison, avait entendu parler des œuvres du Christ. Et il envoya dire par ses disciples : 3 Es-tu celui qui vient ou devons-nous en attendre un autre ?

4 Jésus leur répondit : Allez annoncer à Jean ce que vous entendez et voyez : 5 Les aveugles recouvrent la vue, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent et la bonne nouvelle est annoncée aux pauvres.

6 Heureux celui pour qui je ne serai pas une occasion de chute !

A leur départ, Jésus se mit à dire aux foules, 7 à propos de Jean : Qu'êtes-vous allés contempler au désert ? Un roseau agité par le vent ? 8 Mais qu'êtes-vous sortis voir ? Un homme vêtu somptueusement ? Mais ceux qui portent des vêtements somptueux sont dans les palais des rois.

9 Qu'êtes-vous sortis voir ? Un prophète ? Oui, vous dis-je, et plus qu'un prophète. 10 Car c'est celui dont il est écrit : Voici, j'envoie mon messager devant ta face, pour préparer ton chemin devant toi.

11 En vérité je vous le dis, parmi ceux qui sont nés de femmes, il ne s'en est pas levé de plus grand que Jean-Baptiste. Cependant le plus petit dans le royaume des cieux est plus grand que lui. 12 Depuis les jours de Jean-Baptiste jusqu'à présent, le royaume des cieux est soumis à la violence, et ce sont les violents qui le ravissent. 13 Car tous les prophètes et la loi ont prophétisé jusqu'à Jean ; 14 et, si vous voulez l'admettre, c'est lui qui est l'Élie qui devait venir. 15 Que celui qui a des oreilles entende !

(d’après la traduction Colombe)

Malachie 3:1-3

L’Éternel dit : Voici, j’enverrai mon messager;
Il préparera le chemin devant Moi.
Et soudain entrera dans son temple
le Seigneur que vous cherchez;
Et le messager de l’alliance que vous désirez,
voici, il vient, dit l’Éternel des puissances.

2 Qui pourra soutenir
le jour de sa venue?
Qui restera debout quand il paraîtra?
Car il sera comme le feu du fondeur,
Comme la potasse des foulons.

3 Il s’assiéra, fondra et purifiera l’argent;
Il purifiera les fils de Lévi,
Il les épurera comme l’or et l’argent,
Et ils présenteront à l’Eternel
des offrandes avec justice.

(Cf. Trad. NEG)

 

Vidéo de la partie centrale du culte (prédication à 09:03)

(début de la prédication à 09:03)

film réalisé bénévolement par Soo-Hyun Pernot