Chercher sa foi

Faire une Profession de foi
ou Confirmation de son baptême

 

 

 

Les églises protestantes, catholiques, orthodoxes reconnaissent mutuellement le baptême fait dans une autre église. C'est une façon de reconnaître que le Christ est plus grand que notre église particulière, que nos propres principes, notre théologie...

Voir cette page évoquant ce que c'est que le baptême. Il est pour nous le signe principal de la grâce de Dieu : l'amour particulier que Dieu a pour l'individu, sans condition de vie passée ou présente, sans chantage pour l'avenir.

C'est pourquoi notre église baptise toute personne, sans condition, qui lui est présentée. En signe de ce grand OUI à Dieu sur cette personne.

Ce oui de Dieu appelle et espère le oui de la personne. Sans chantage, donc, sans pression. Et c'est ce qui permet la sincérité du oui de la personne à Dieu. Ce oui est ce que l'on appelle la foi. Espérer avoir la foi est déjà l'avoir car c'est déjà un lien, un regard et donc une relation à Dieu. Il est donc permis de douter même de l'existence de Dieu, c'est ce qui permet d'évoluer aussi dans notre théologie au lieu d'avoir un système de croyance figé, durci, mort. Le plus important contraire de la foi c'est l'oubli de la question de Dieu. Finalement même l'athée militant pense plus à Dieu et est donc moins athée que celui qui n'y pense même pas.

Bien des personnes sentent que leur vie mérite de laisser une place à la question de Dieu dans leur vie. D'expérience, cela arrive souvent parce que :

  • La moitié des personnes m'ayant demandé un baptême d'adulte ou une profession de foi ont "senti" quelque chose comme un amour immense qui les gardait. Cela a pu être une expérience vive et unique comme pour l'apôtre Paul ou comme le philosophe et physicien Blaise Pascal (entre bien d'autres). Cela peut être de façon plus diffuse, plus discrète, mais cette expérience mystique leur a laissé une conviction profonde qu'ils cherchent ensuite à comprendre et explorer. La moitié des croyants n'a pas eu ce type d'expérience, ou ne s'exprime pas comme cela, qu'importe, chacun sa sensibilité.
  • Un quart des personnes m'ayant demandé un baptême d'adulte ou une profession de foi sont venues motivées par l'admiration qu'elles ont pour une grand mère ou un ami dont la foi rayonnante les avait touché.
  • Et le denier quart vient par intérêt intellectuel et existentiel, cherchant du sens à leur vie, voulant prendre leur vie en main plutôt que de se laisser ballotter par les circonstances et les influences diverses.

Aucun n'est supérieur à l'autre, tous se retrouvent et se complètent, c'est la richesse de la diversité de l'église (quand c'est effectivement vécu dans le respect). Dans tous les cas, la profession de foi est point de départ important pour une vie en relation à Dieu. C'est aussi une joie pour les membres de notre église, en particulier pour ceux qui seront présent ce dimanche-là.

Ce n'est pas non plus un diplôme de fin d'étude. Mais une porte d'entrée, marquant un désir, pas une performance. C'est pourquoi il n'est pas imposé de parcours obligatoire et encore moins d'examen de vie ou de croyances préalables.

Voilà donc la personne désireuse de laisser une place à Dieu dans sa vie. Le plus difficile pour la personne est alors pour elle de franchir le premier pas. Cela peut être plus simple en commençant par dialoguer par mail, ou en allant au culte une fois pour voir sa tête et lui dire un mot à la sortie pour finalement prendre uyn rendez-vous (cela ne le dérange pas, c'est son métier, et il aime ça). Ensuite, cela dépend de la sensibilité de chacun. Je connais une personne qui a préparé son baptême pendant 7 ans, lisant la Bible entièrement, suivant bien des cultes, cycle d'initiation à la théologie, lectures de théologiens, et de multiple séances de discussion avec le pasteur et autres questions par mail. D'autres personnes sont déjà prêtes et le plus compliqué est alors de choisir la date avec le pasteur et l'agenda de l"église. Il y a ensuite à personnaliser cet événement. Et à le vivre, ce qui est un moment de grâce, un cadeau pour le premier intéressé, pour les personnes participant au culte et pour le pasteur.

Si la personne qui désire faire une profession de foi n'a pas été baptisée, elle poura l'être avant de faire ensuite sa profession de foi. Si la personne a été baptisée auparavant dans une église chrétienne, le baptême n'est jamais refait, nous reconnaissons en effet sans restriction tout baptême chrétien. La profesion de foi est alors une "confirmation" de l'alliance de son baptême.

La profession de foi comprend :

  1. Soit le baptême de la personne si elle n'a pas encore été baptisée dans une église chrétienne. Soit un rappel de son baptême et une bénédiction de la personne afin de bien marquer que notre foi est une réponse à la grâce de Dieu et non pas une condition, un prix à payer pour que Dieu nous sauve.
  2. La personne dit ensuite sa foi en lisant la "confession de foi" qu'il a préparée : un court texte théologique, librement choisi ou écrit par la personne afin d'exprimer publiquement sa propre croyance en Dieu et en Christ.
  3. Une parole d'accueil dans le corps des chrétiens est alors prononcée, et une prière d'invocation de l'Esprit Saint sur cette personne.
  4. Si la personne le désire, ou plutôt l'accepte, elle peut alors dire quelque mots sur son parcours de foi, car cela permet aux autres de meix la connaître, et c'est un puissant message invitant chacun à faire un et même des pas de plus dans le chemin de la foi.

La communion

La communion rappelle à la fois le baptême et la profession de foi. Le pain et le vin offert rappelant tout ce que Dieu nous donne en Christ, et le fait de prendre et de manger le pain ou le vin est une réponse à ces dons de Dieu.

Voir :

 

pasteur Marc Pernot

Peut-être trouverez-vous réponse à votre question dans les pages de questions et réponses sur ce site, sinon, n'hésitez pas à nous la poser.