"Tu ne me chercherais pas si tu ne m'avais pas déjà trouvé" aurait dit Dieu à Blaise Pascal.

On a donc le droit de chercher Dieu et de le prier, même si l'on ne sait pas bien ce que l'on pense de lui, ni qui il est en vérité, ou même s'il existe.

L'église est pour nous comme une salle de musculation pour un sportif. L'essentiel n'est pas l'église, l'essentiel est la relation personnelle avec Dieu, l'essentiel c'est d'aimer Dieu et aimer son prochain comme soi-même. Mais bien des personnes témoignent qu'elles ont bien évolué en choisissant volontairement et librement une certaine pratique religieuse, avec les autres et/ou en privé, en allant au culte régulièrement (à son propre rythme), en choisissant de lire la Bible, de prier...

 

Comment et pourquoi être pratiquant, à sa façon, à son rythme ?

Pour être chrétien, il suffit de désirer devenir chrétien et vouloir le faire en pensant & priant librement, personnellement. L'essentiel est dans le cœur et la sincérité de la démarche. Cela produira nécessaire de beaux fruits dans votre vie.

Comme les autres dimensions de l'humain, notre vie spirituelle doit être nourrie et travaillée pour être en forme, elle peut subir une petite grippe ou une embolie. Cela demande alors du soin pour retrouver la santé spirituelle, voire parfois de ressusciter.

Dans le domaine de la religion il convient d'être pragmatique et souple, en fonction de ce qui vous permettra le mieux d'avancer. La pratique religieuse est à composer par vous-mêmes en fonction de ce que vous êtes et de ce dont vous avez besoin à un moment donné de votre vie. L'essentiel est la pratique personnelle, intime de lecture, de réflexion, de prière, d'exercices spirituels et de service des autres. Car c'est là que peut être vécue la plus grande des sincérité, comme le dit Jésus dans son enseignement sur ces questions dans l'Evangile selon Matthieu (chapitre 6).

D'abord parce que ce serait très difficile d'avancer ainsi sans l'aide d'autres personnes, mais aussi parce que nous ne sommes pas seulement un animal spirituel, nous sommes aussi un être social, il nous est agréable et bon de travailler cette dimension avec d'autres, et les autre sont besoin de nous dans ce domaine. Il est favorable d'avoir une dimension collective de notre religion. Cela nous apporte quelque chose d'important. Mais il me semble que cette dimension collective doive rester servante de la dimension intime et secrète de notre foi. L'objectif doit rester d'approfondir notre réflexion et notre prière personnelle, noter capacité à décider par nous-mêmes. Et donc que la pratique en église ne devienne pas l'essentiel, mais comme une salle de musculation pour notre foi, un restaurant pour notre notre vie spirituelle, un club où l'on s'entraide. C'est ce que dit Jésus quand il affirme « le Sabbat est fait pour l’homme et non l’homme pour le Sabbat » (Marc 2:27), on peut élargir cela à « la religion est faite pour l’homme, l'église est faite pour l'homme », cela remet la religion à sa place, comme un simple moyen au service du développement, de la genèse de l’humain.

Mais il est tentant de sacraliser sa religion, son église, sa propre pensée théologique. Et d'en faire des réalités divines. Et c'est alors bien dommage, car non seulement cela coupe de ceux qui ne sont pas de la même sensibilité religieuse que nous, mais cela broie aussi les individus et leurs sensibilités particulières, et enfin cela perturbe le meilleur de la relation de la personne avec son Dieu qui est un élan vers Dieu tissé de sincérité et de confiance, de recherche personnelle, de bras tendus vers lui... pour le remplacer par une sorte d'espérance craintive, de soumission, d'étouffement de l'intelligence personnelle et ses surprises.

Il est bon de vouloir avoir la foi et de l'approfondir librement, et de tracer son propre cheminement de pensée, de prière, de créativité et de vie de façon personnelle. L'être humain est fait pour cela, c'est notre vocation. Quand la Bible nous dit que Dieu crée l'humain à son image, c'est ce que cela veut dire, car seule une personne libre et authentiquement elle-même pourra être créatrice, c'est à dire source de nouveauté. Quand la Genèse raconte que Dieu dit à Jacob "ne crains pas, car je suis avec toi; je te bénirai, je te garderai partout où tu iras... (Genèse 26:24, 28:15) cela encourage à avancer tout en prenant le risque de nous tromper, faisant confiance dans le pardon et l'aide de Dieu. Jésus Christ, bien souvent, n'impose pas aux personnes qu'il rencontre de rester scotché à lui, mais il les libère d'un sonore "vas en paix", les invitant à retourner dans leur vie, juste transformé par cette rencontre.

 

Pourquoi faire de la théologie ?

Pour lire la Bible par soi-même : quelques pistes et méthodes

Pour commencer à prier : quelques conseils subjectifs et indicatifs

Le culte du dimanche : définition, origine et mode l'emploi

Des rites religieux et Sacrements ?

 

Voir aussi mil questions posées par des visiteurs et la réponse proposée par un pasteur

En espérant que ces quelques éléments seront utiles à votre cheminement.

Vous pouvez nous suggérer à des éléments que vous aimeriez voir ici.

pasteur Marc Pernot

 

 

Création et maintenance du site : Soo Hyun et Marc Pernot Creative Commons License - sauf mention contraire.