Chercher sa foi

Communion ou Sainte-Cène

 

La communion est un des deux sacrements dans notre église (l'autre est le baptême). Il consiste à prendre un peu de pain et de vin avec les autres participants du culte.

La Communion est un geste qui dit deux choses qui se complètent :

  • Le pain et le vin qui sont offerts évoquent le don que Dieu nous fait en Christ. Dans la Bible, le pain est une des images classiques de la Parole de Dieu, Parole que le hrist incarne (voir dans l'Evangile: Matthieu 4:4, Jean 6). Le vin évoque la vie que le Christ nous donne, et la joie intérieure.
  • Le geste de s'approcher, de prendre et de manger est une réponse à cette grâce, c'est un acte de foi de la personne, exprimant ainsi son désir de vivre de plus en plus en communion avec Dieu grâce au Christ.

Nous ne pensons en général pas que le pain de la communion soit matériellement le corps du Christ, ni que le vin soit son sang. La présence de Dieu en Christ est réelle, mais spirituelle, selon la promesse donnée par Jésus :

  • "Je suis avec vous tous les jours jusqu'à la fin du monde" (Matthieu 28:20, Jean 14:16...)
  • "Là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d’eux." (Matthieu 18:20).

La communion a ainsi une dimension individuelle importante, celle de la foi personnelle, une espérance d'être plus en communion avec Dieu en Christ. De le laisser nous créer un cœur de chair pour aimer, de nous donner une espérance nouvelle, une foi vivante.

La communion a également une dimension communautaire, car l'ensemble des êtres humains en communion avec le Christ est comme un corps dont le Christ serait la tête (1 Corinthiens 12). Par la communion en Christ, par ce cœur de de chair qu'il nous donne, une solidarité se crée, le sentiment que l'humanité est comme un corps où chacun a sa place. "Prenez et mangez, ceci est mon corps" dit Jésus à ses disciples lors du dernier repas qu'ils prennent ensemble. Dans la mesure où nous prenons cette vie que Dieu nous donne en Christ, ou nous l'assimilons, nous devenons membre de ce corps.

C’est le Christ qui nous invite, et il invite chaque personne sans distinction. Le Christ n'a pas mis de distinctions entre ses disciples, bons ou moins bons, il n'en a pas mis dehors pour cause de prière pas correcte, de doctrine hérétique, ou de morale. Dans les évangiles, ses disciples sont souvent présentés comme assez moyens, mais le Christ ne les excommunie pas pour autant, il donne même la communion à Judas, il aime Pierre qui l'a renié... Par fidélité au Christ, toute personne qui le désire peut donc participer à la Communion, quelle que soit sa foi, son église, et même si elle n'est inscrite adns aucune église. Si vous vous sentez pécheur vous pouvez tout à fait participer à la communion, en signe de votre espérance de recevoir ce que Dieu nous donne en Christ, et en signe de votre désir de prendre votre place avec les autres dans la communauté des chrétiens.

La Communion n'est pas célébrée tous les dimanches à l'Oratoire du Louvre, mais un dimanche par mois. Nous limitons volontairement la fréquence des communions pour que dans l'esprit de tous un culte sans communion reste quand même un vrai culte, ce qui est une façon de valoriser la lecture de la Bible et la prière personnelle chez soi.

Après la prédication, une liturgie simple introduit la Communion, puis les fidèles se mettent en cercle autour de la table. Chacun reçoit de son voisin le plat contenant le pain et la coupe contenant le vin, se sert au passage s’il désire communier, puis le passe. Si quelqu'un ne désire pas boire dans la coupe, c'est son droit, évidemment, pour quelque raison que ce soit (par exemple si elle n'est pas du tout habituée à boire dans le même verre que quelqu'un d'autre, ou si l'on ne boit pas de vin). Il est alors possible de seulement passer la coupe sans boire dedans.

Certains fidèles ne sont pas sensibles à ce geste et préfèrent ne pas communier, c'est tout à fait possible, ils restent alors en général à leur place à méditer silencieusement, à rechercher la communion à Dieu par la réflexion, la prière personnelle mais leur participation au culte public montre tout aussi clairement que leur démarche de foi comprend une dimension collective, pour faire corps ensemble !

Voir :

pasteur Marc Pernot

Peut-être trouverez-vous réponse à votre question dans les pages de questions et réponses sur ce site, sinon, n'hésitez pas à nous la poser.