Jésus, « Fils de l’Homme » : qu’est-ce que cela peut vouloir dire ?

Alors que ses disciples l’appelleront parfois « le Fils de Dieu », Jésus se présente en général lui-même comme « le Fils de l’Homme ». Cela nous conduit à ouvrir la Bible hébraïque pour rechercher où l’on parle du « Fils de l’Homme » et dans quel contexte… En quelques dixièmes de seconde, l’ordinateur donne la liste des 141 versets contenant ces mots. Le tri est facile à faire, cette expression peut avoir 3 significations dans la Bible.

  • a) « Le Fils de l’Homme » c’est d’abord une expression très courante dans les Psaumes pour désigner l’homme ordinaire avec ses limites. C’est vous et moi, c’est l’homme que Dieu sauve (voir par exemple le Psaume 8). En effet, « fils de l’homme » en hébreu, c’est fils d’Adam, de l’humain, fils du terreux, enfant de la poussière du sol.
  • b) La 2e signification est donnée dans le livre d’Ézéchiel. Le « Fils de l’Homme » est le prophète que Dieu envoie vers les hommes en train de se perdre. (Éz. 2)
  • c) Et enfin dans le livre de Daniel (7:13) où les puissances bestiales sont définitivement dominées par « le Fils de l’Homme » auquel Dieu donne la victoire.

Quand Jésus se désigne comme « Fils de l’Homme », est-ce qu’il veut dire qu’il est le Messie annoncé par Daniel ? Ou un prophète comme Ézéchiel ? Mais peut-être que Jésus dit ainsi qu’il est notre frère à tous avec nos limites d’enfant humain ?

À mon avis, cette ambiguïté est voulue. C’est même précisément l’intérêt de cette expression. Jésus serait alors le « Fils de l’Homme » selon les 3 sens bibliques :

  • Oui, Jésus est le Messie, le Salut que Dieu donne à l’humanité selon l’espérance de Daniel. En Christ, le Royaume de Dieu s’approche.
  • Jésus de Nazareth a été un homme chargé d’apporter la bonne nouvelle de ce Royaume de Dieu, il est donc aussi prophète.
  • Mais quand Jésus se présente comme Fils de l’Homme, c’est bien souvent pour annoncer qu’il va être rejeté et exécuté. Il est vraiment notre frère, avec ses échecs et sa souffrance, plus démuni même qu’un animal car « les renards ont des tanières, et les oiseaux du ciel ont des nids ; mais le Fils de l’homme n’a pas un lieu où il puisse reposer sa tête. » (Matthieu 8:20).

Dans la Bible, il n’y a pas du tout de confusion entre Dieu et Jésus. Avec ses premiers disciples, nous affirmons que Jésus est le Sauveur, le Fils de Dieu, mais il est également le Fils de l’Homme, notre frère en humanité. À chaque page des évangiles, cela apparaît : Jésus prie Dieu, il l’appelle au secours, Jésus mange et se repose, il souffre quand il est blessé, il pleure dans le deuil, il est angoissé face à la mort, il reconnaît ignorer l’heure de la fin du monde car Dieu seul la connaît. Tout cela n’est pas une comédie, il est bien notre frère. Et c’est ainsi qu’il nous réconcilie avec Dieu. Jamais Jésus ne prend la place de Dieu, il ne nous dit pas de le prier lui, le Christ. Au contraire, il nous invite à nous tourner vers Dieu avec confiance, sans la moindre crainte. Dieu ne nous veut que du bien, un bien immense.

Jésus est ainsi le Fils de l’Homme, il est même l’Homme véritable, l’homme voulu par Dieu de toute éternité. Nous, ses frères et sœurs, nous ne sommes que pré-hominiens, à mi-chemin entre le renard et le Fils de l’homme. Mais l’essentiel c’est qu’avec le Christ nous sommes en chemin.

Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *